Les actus de la cité

Aubusson tisse Tolkien: bientôt le démarrage du premier tissage

19.10.2017
IMPRIMER
PARTAGER

Le projet « Aubusson tisse Tolkien », dévoilé début 2017, prévoit la réalisation pour les collections de la Cité internationale de la tapisserie d’une série exclusive de treize tapisseries et un tapis d’après des œuvres graphiques originales de J. R. R. Tolkien (1892-1973) par les ateliers de tapisserie de la région d’Aubusson. La définition des grands principes techniques et esthétiques des futures tapisseries a été menée par le comité de tissage, pendant plusieurs mois de recherches. Le premier tissage, à découvrir au sein de la Cité de la tapisserie, devrait démarrer à la mi-novembre.

Toute tapisserie naît d’une image. Mais chaque image peut être transposée de mille manières en tapisserie… Né d’une réflexion sur la possibilité de créer une tenture du XXe siècle fondée sur un grand récit littéraire comme aux XVIe ou XVIIe siècles, le projet « Aubusson tisse Tolkien » est particulièrement singulier : il bénéficie d’une iconographie elle-même créée par l’auteur des récits littéraires, ce qui apparaît comme une première dans l’histoire des grandes tentures narratives. La tenture Tolkien s’inspire ainsi d’un ensemble d’aquarelles créées par le célèbre auteur, conservées à la Bodleian Library d’Oxford, et dont la plupart ne mesurent qu’une vingtaine de centimètres de côté. Il s’agit donc de transposer, en restituant l’esprit des œuvres originales – sans avoir la possibilité d’interroger leur auteur – de petits formats en œuvres tissées de plusieurs mètres carrés, une matière peinte et ses effets en une matière textile.

La première étape de cette transposition a consisté à déterminer le format final de chaque tapisserie, tâche à laquelle s’est attelé le « comité de tissage » formé par la cartonnière Delphine Mangeret, le lissier référent René Duché et le conservateur de la Cité de la tapisserie Bruno Ythier. Il leur a ensuite fallu choisir le traitement technique de l’ensemble de la tenture, la manière dont ces tapisseries seront tissées. La cartonnière a alors réalisé une série de gouaches pour établir l’ensemble des couleurs qui serviront de référence pour la teinture des laines.

Les échanges du comité de tissage ont ainsi mené à une série de choix affirmés concernant les aspects techniques et esthétiques des futures tapisseries. Ces directives, constituant un cahier des charges précis, seront imposées aux ateliers de tissage en charge de la réalisation des différentes tapisseries : les tapisseries seront tissées selon les techniques qui étaient en usage à Aubusson et Felletin, et plus particulièrement au sein de l’École nationale d’Art décoratif (ENAD) d’Aubusson, lorsque que J. R. R. Tolkien a réalisé la majorité des aquarelles sélectionnées, soit entre les années 1920 et la fin des années 1930. Les techniques de tissages ultérieures à cette période seront proscrites.

Pour réaliser le carton de la première tapisserie, Bilbo comes to the Huts of the Raft-Elves, qui servira d’étalon graphique à l’ensemble des pièces de la tenture, la cartonnière a repris le principe du carton « à tons comptés », mis en place par Antoine Marius Martin, directeur de l’ENAD de 1917 à 1930. Ce carton délimite les zones de couleurs et indique le passage d’une couleur à l’autre par des pointillés, ce qui peut laisser une certaine liberté d’interprétation au lissier (liberté qui sera perdue avec le carton numéroté mis en place par Jean Lurçat au début des années 1940). Cependant, la Cité de la tapisserie fournira l’ensemble des laines et les fera donc teindre selon les couleurs définies par la cartonnière en concertation avec le lissier référent : les lissiers seront dans l’obligation de tisser avec ces laines uniquement. Les couleurs n’ont pas été définies tapisserie par tapisserie, plusieurs pièces auront donc des couleurs communes. Ce contrôle des laines et des teintes utilisées permet d’assurer l’unité de la tenture et donner ainsi une plus grande cohérence à l’ensemble tissé.

Suivant les préceptes de Marius Martin, l’écriture technique sera très marquée, propre à la tapisserie – il ne sera donc pas question de « faire de l’aquarelle en laine ». Tout d’abord, les lissiers utiliseront des couleurs pures, c’est-à-dire que le fil de trame sera composé uniquement de fils de la même couleur : il n’y aura donc pas d’effet chiné ou piqué, techniques utilisées de manière prépondérante de nos jours. Chaque couleur définie à la gouache par la cartonnière est déclinée en plusieurs valeurs, généralement entre trois et cinq, du plus clair au plus foncé.

D’après ce parti-pris esthétique, les lissiers devront recréer les valeurs intermédiaires grâce à des techniques et des points de tissage spécifiques, comme les battages, les battages traversants, ou encore les rayures, rejoignant là la conception renouvelée du tissage mise en place par l’ENAD d’Aubusson au début du XXe siècle. Les effets de l’aquarelle seront simplifiés et transcrits au moyen de cette écriture technique très affirmée, très graphique.

Les recherches du comité de tissage ont ainsi permis de mettre en place un cahier des charges précis à destination des lissiers de la région d’Aubusson-Felletin. Lancée au cours de l’été 2017 en appui sur un échantillon de tissage réalisé par le lissier référent, la mise en concurrence pour l’obtention du tissage de la première tapisserie Tolkien se clôture le 16 octobre par la remise d’échantillons par les ateliers candidats. L’atelier chargé de ce premier tissage sera connu au mois de novembre et le travail débutera dès le 17 novembre dans l’atelier mis à disposition des lissiers au sein de la Cité de la tapisserie, sur un métier à tisser de 8 mètres de long. L’atelier sera accessible aux visites accompagnées quatre fois par semaine.

À suivre durant quatre ans à la Cité de la tapisserie, ce projet lui promet une audience internationale, comme en témoignent des demandes de prêts d’institutions prestigieuses, avant même le démarrage des tissages (Bibliothèque nationale de France, Monastère royal de Brou à Bourg-en-Bresse…). 

Découvrez le travail de préparation au tissage en vidéo :