Les actus de la cité

Restauration d'un carton gouaché de Jean Lurçat

03.02.2016
IMPRIMER
PARTAGER

La Cité internationale de la tapisserie dévoilera cet été un parcours d’exposition inédit. En préparation du parcours permanent, la campagne de restauration d’œuvres se poursuit avec la restauration d’un carton de Jean Lurçat.

Jardin des coqs est l’un des rares cartons entièrement peints de Jean Lurçat, daté de 1939. Ces cartons entièrement gouachés correspondent aux débuts de Jean Lurçat à Aubusson, entre 1937 et 1939. Il passe ensuite à la technique du carton numéroté en noir et blanc avec rehauts de couleurs, technique mise au point en 1934 par Élie Maingonnat, alors directeur de l’École Nationale d’Art Décoratif d’Aubusson.

La restauration de ce carton est confiée à Éric Ouley, restaurateur du Patrimoine agréé auprès des musées nationaux, selon un mode opératoire adapté à la fragilité du papier support.

Cette gouache sur papier vélin avait été marouflée sur une toile de coton. Le restaurateur commence par dépoussiérer la pièce, puis il retire mécaniquement la toile encollée. Les résidus d’adhésifs sont éliminés à l’aide d’un gel de méthylcellulose.

Les déchirures, les plis et les bords fragilisés sont ensuite consolidés par l’application, sur le verso, d’un papier japon fixé avec une colle naturelle préparée à base d’amidon de blé. Le restaurateur peut alors retoucher les éraflures et certaines traces d’usure en réalisant une "mise au ton" des altérations avec les techniques appropriées aux zones à corriger (gouache, aquarelle, etc.).

En revanche, les altérations "d’usage", dues à la fixation du carton sous la chaîne du métier à tisser pour la réalisation de la tapisserie, sont conservées. Les cassures des "pliées" au fur et à mesure du tissage et les trous des épingles qui maintiennent le carton témoignent ainsi de l’histoire de cette pièce et de sa vie en atelier.

Pour corriger la déformation générale de l’œuvre et la remettre à plat, le carton reçoit deux doublages de papier japon, puis l’ensemble est monté sur un carton neutre nid d’abeille. Le restaurateur fixe enfin le système d’accrochage en vue de l'exposition du carton dans la section consacrée au XXe siècle dans la nef des tentures.