Appels à création

Lucite

IMPRIMER
PARTAGER

Eva Nielsen obtient le Grand Prix 2016 de la Cité internationale de la tapisserie avec Lucite, une proposition de tapisserie en trompe-l'œil qui joue sur une tension entre le monumental et l'intime.

Passée par la Central Saint Martins de Londres et diplômée des Beaux-Arts de Paris, Eva Nielsen est une artiste prometteuse de la jeune scène picturale française. Représentée par Jousse à Paris, Selma Feriani à Tunis et à Londres et The Pill à Istanbul, la jeune Franco-Danoise s'intéresse  à la thématique de l'entrelacement. Son travail plastique est un travail de strates : à partir de photographies, Eva Nielsen s'approprie les images en intervenant par couches successives, cadres successifs de sérigraphie, applications de peinture ou d'encre.

Pour l'appel à création 2016 de la Cité de la tapisserie, Eva Nielsen a proposé un projet de trompe-l'œil. Du nom d'une maladie interdisant la confrontation avec la lumière du jour et oblige les malades à se protéger du soleil sous une toile, l'œuvre Lucite est issue d'une recherche où l'artiste superpose l'impression de la trame d'une toile moustiquaire à la photographie d'un paysage. Prévue pour mesurer 2,20 m de large sur 3 m de hauteur, l'œuvre joue entre les dimensions monumentales de la tapisserie et la perception intime du paysage à travers la trame textile. 

Alors qu'elle travaille ses images en couches successives, la réalisation d'une tapisserie lui permet de transcender son geste artistique en touchant directement le matériau même qu'elle imprime depuis quelques années. Aboutissement de cinq années de recherches, ce projet de tapisserie pourrait lui permettre de faire "fusionner les calques", en mettant en forme l'image en un seul geste, celui du lissier.