Aubusson tisse Tolkien

Renouer avec la tradition des grandes tentures narratives en tapisserie d'Aubusson

IMPRIMER
PARTAGER

Ce projet est né d’une réflexion sur ce que pourrait être une grande tenture à sujet littéraire aujourd’hui. Le nom de J. R. R. Tolkien s’est imposé rapidement, comme l’une des plus grandes sagas littéraires du XXe siècle.

Quatre séries structurent le projet en lien à différents ouvrages de l’auteur : Les Lettres du Père Noël (recueil de lettres écrites et illustrées par J. R. R. Tolkien pour ses enfants entre 1920 et 1942), Le Hobbit, Le Seigneur des anneaux, ainsi que Le Silmarillion (œuvre publiée à titre posthume en 1977 par le fils de J. R. R. Tolkien, Christopher Tolkien), qui retrace les premiers Âges de l’univers de la Terre du Milieu, cadre des romans. Treize tapisseries murales seront réalisées. La quatorzième œuvre, Numenorean Carpet, est un tapis ; ce qui représentera environ 130 m2 de tissage au total. Cela prendra des mois de réalisation minutieuse au sein des ateliers artisanaux de tapisserie à Aubusson et en Creuse, selon les techniques de la tapisserie d’Aubusson telles que les a reconnues l’UNESCO en les inscrivant au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité en 2009.

Un tel projet de mise en valeur de ce pan majeur du travail de l’auteur est inédit. Tisser en tapisserie d’Aubusson cette série de quatorze pièces d’après les œuvres graphiques de J. R. R. Tolkien, est aujourd’hui très innovant dans le monde de la tapisserie, car c’est faire le pont avec les grandes tentures narratives (séries de tapisseries illustrant des épisodes d’un récit) des XVIIe et XVIIIe siècles alors créées en référence à d’importants textes littéraires (L’Odyssée d’Ulysse du poète Homère, ou Renaud et Armide tiré de La Jérusalem délivrée par Torcato Tasso, etc.). Ce lien direct à la littérature s’est perdu aux XIXe et XXe siècles.

Aujourd’hui, au XXIe siècle, ce projet de tissage des œuvres graphiques de J. R. R. Tolkien possède une singularité supplémentaire : celle de bénéficier d’une iconographie elle-même créée par l’auteur des récits littéraires, ce qui est une première dans l’histoire des grandes tentures narratives.

C’est avec respect des œuvres originales que la Cité de la tapisserie s’engage à ce croisement patrimonial entre la tapisserie d’Aubusson, art décoratif majeur, et les œuvres graphiques de J. R. R. Tolkien si promptes à devenir des tapisseries historiques tant elles font partie intégrante d’une « mythologie actuelle ». Le projet de tenture tissée invite, par sa monumentalité, à une immersion inédite dans l’imaginaire de J. R. R. Tolkien. À l’instar de L’Histoire d’Alexandre d’après Charles Le Brun ou encore de L’Odyssée d’Ulysse d’après Isaac Moillon, c’est à la fois l’univers narratif et graphique de J. R. R. Tolkien qui va traverser les âges aux côtés de ses livres.