Commandes mécénées

Pieta for World War I, Tapisserie du Centenaire

IMPRIMER
PARTAGER

La Cité a édité l'unique tapisserie commémorative du Centenaire de la Première Guerre mondiale. Un projet de tapisserie monumentale en partenariat avec le Comité du Monument National du Hartmannswillerkopf (68), qui "tombe du métier" en juin 2017 après près d'un an de tissage.

Grâce au mécénat du Groupe Würth, la Cité de la tapisserie a intégré dans ses collections une maquette du peintre allemand Thomas Bayrle (né en 1937), pionnier du Pop art. L'œuvre a été dévoilée le jeudi 24 mars 2016 à Aubusson, en présence de M. Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’État chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire. 

Cette Pieta poignante, constituée d'une multitude de crânes, donnera naissance à une immense tapisserie de plus de 20 m2, intitulée Pietà for the World War I. Elle constituera l'une des œuvres emblématiques du centenaire de la Grande Guerre, destinée à être présentée lors de l'inauguration du Monument national du Hartmannswillerkopf. Cette œuvre s’inscrit dans un projet labellisé par la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale, groupement d’intérêt public créé en 2012. 

Le tissage de cette pièce d'envergure a été confié à l'Atelier Patrick Guillot. Il a débuté en juin 2016 dans un atelier dédié aux commandes spéciales au sein de la Cité de la tapisserie et l'œuvre est "tombée du métier" le 9 juin 2017. La tapisserie de 21 m2 met en œuvre différentes techniques et matières pour créer l’illusion d’optique et le relief de la Vierge tenant le Christ : coton, laine, soie, rayonne, viscose, jusqu’aux fibres de polyester texturé, éprouvées pour le prototype de tapisserie d’extérieur, pour créer le blanc des yeux de la Pieta.

Un projet franco-allemand pour un devoir de mémoire commun

Le projet de tapisserie du Centenaire s’est construit progressivement par une démarche de partenariat entre le Comité du Monument du Hartmannswillerkopf et la Cité internationale de la tapisserie. 
Les qualités intrinsèques du médium tapisserie – nomadisme, univers immersif et narratif, support de communication durable – répondent à la volonté de réaliser une œuvre itinérante. Celle-ci sera en effet présentée dans le futur Historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf en Alsace dès son inauguration en novembre 2017 et à Aubusson, son lieu de production. Elle sera également exposée dans différents sites du front de la Première Guerre mondiale en France et en Allemagne ou dans des institutions dédiées à la même thématique. 

Ce projet a reçu le soutien de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, groupement d’intérêt public créé par le Gouvernement en 2012, du Groupe Würth, de La France mutualiste, de la Fédération nationale André Maginot.

Thomas Bayrle est né en 1937 à Berlin. Il vit et travaille à Francfort. Ses œuvres ont intégré, entre autres, le Musée d’Art Moderne de Francfort, le Musée d’Art de Stuttgart, le MOCA de Los Angeles, le FNAC de Puteaux et le FRAC du Limousin. Ses productions picturales s’inscrivent dans le Pop Art. Elles consistent en la répétition d’un motif à taille variable mis en abîme pour se représenter lui-même, jouant ainsi sur les sensations optiques des spectateurs. 

Pour aller plus loin

Voir les œuvres de Thomas Bayrle sur http://www.airdeparis.com/artists/thomas-bayrle/.