Recherche et innovation

Retissage de tapisseries anciennes

IMPRIMER
PARTAGER

La Cité de la tapisserie a lancé un programme de recherche pour répondre à une demande de collectionneurs existante sur le marché de l’art : le retissage de pièces anciennes. La première pièce destinée à être retissée a d’abord été numérisée en utra haute définition. Une immersion au cœur de la fibre.

Le 29 juillet 2013, une convention a été signée entre un collectionneur désireux d’acquérir un exemplaire retissé de l’œuvre La Fée des bois et Jean-Jacques Lozach, Président de la Cité de la tapisserie. La Fée des bois (3,50m x 2,42m), pièce de la collection du Musée de la tapisserie d’Aubusson, a été tissée par la Manufacture Croc-Jorrand, à Aubusson, en 1909, d’après un carton d’Antoine Jorrand aujourd’hui perdu.

Ce programme passe par une phase de recherche qui vise une meilleure connaissance du savoir-faire et de son histoire. Retisser une tapisserie ancienne suppose un important travail d’étude technique et de recherche scientifique préalable : identifier les composantes, fibres, pigments et techniques de tissage en vue d’un retissage à l’identique.

La recherche ne pouvant pas se baser sur le carton d’origine, l’entreprise italienne Haltadefinizione, spécialiste du traitement numérique d’œuvres d’art en ultra haute définition, a été sollicitée pour réaliser les numérisations de l'envers et de l'endroit de la tapisserie pour comprendre sa composition fil par fil, au point près. En effet, l'envers de la tapisserie, dont les couleurs sont préservées, constitue une référence pour la restitution des couleurs d'origine. Cette méthode innovante de visualisation de la tapisserie à l’échelle de la fibre permet de détailler très précisément les techniques de tissage, la répartition des différents matériaux et les différentes natures et grosseurs des fils. À l’issue de cette étude, la Cité de la tapisserie a remis ses résultats de recherche sous la forme d'un guide de tissage au collectionneur. À l'issue d'une mise en concurrence de différents ateliers de tissage de la région d'Aubusson-Felletin, le collectionneur a confié ce travail de retissage à l'atelier Catherine Bernet (Felletin).

En amont de l'étape de tissage, l'atelier procède à important travail d'échantillonnage des couleurs d'origine de la tapisserie sur l'envers de la pièce présentée dans le parcours de la Cité de la tapisserie, en public, pour éviter de trop nombreux raccrochage de l'œuvre fragile. Le recueil des fibres aux couleurs préservées permettra de réaliser un chapelet de couleurs numérotées, dont chaque numéro est reporté dans les différentes zones du carton, imprimé à partir de la numérisation de l'envers de la tapisserie.

La lissière prélève les fibres dont les teintes sont préservées sur l'envers de la tapisserie. Chaque brin est répertorié et numéroté. Sa référence est être ensuite reportée sur la zone correspondante sur le carton qui guidera le tissage, placé sous le métier à tisser.

 
Le programme de recherche mené par la Cité et l'étape de numérisation en ultra haute définition sont soutenus par le programme LEADER.