Les actus de la cité

2 ateliers, 3 rendez-vous en famille pendant les vacances de Noël

15.12.2016
IMPRIMER
PARTAGER

Deux ateliers jeune public, trois dates à ne pas manquer pendant les vacances de Noël.

Atelier Peau de licorne (5 à 10 ans)

Les enfants se plongent dans la fabuleuse œuvre d’art Peau de licorne de l’artiste Nicolas Buffe (Grand prix 2010 de la Cité de la tapisserie). Ils y découvrent une multitude de représentations illustrant une folle chasse à la licorne parsemée de personnages de bandes dessinées et de motifs décoratifs anciens. Une table tactile et un grand livre frise font découvrir la grande histoire de cette licorne et aussi comment elle a été fabriquée.

Un atelier de dessin permet aux enfants de créer leur propre Peau de licorne, à leur façon et en s'inspirant du travail de l’artiste.

Durée de l'activité : environ 1h30.

Atelier Verdures à feuilles de choux (5 à 10 ans)

Les enfants entrent dans le paysage mystérieux et fantastique d’une tapisserie à "feuilles de choux" du XVIe siècle. Griffon, dindon, loup, lion, renard, oiseaux, etc.,  se cachent ou apparaissent dans une énorme végétation à larges feuilles avec en arrière-plan, des paysages lointains et des villages. À la suite de cette découverte, les enfants sont invités à réaliser au sol un puzzle géant de la tapisserie.

Et plus encore, un atelier de dessin offre la possibilité de créer sa propre tapisserie à feuilles de choux avec, notamment, des animaux (réels et fantastiques) en décalcomanies.

Le grand journal La feuille de choux permet de continuer à la maison l’exploration des tapisseries de ce type et de faire de nouveaux jeux en lien avec elles.

Durée de l'activité : environ 1h30.

 

 

Infos pratiques

Ateliers Peau de licorne : dimanche 18 décembre 2016 et jeudi 22 décembre à 15h30. Réservation obligatoire (atelier limité à 12 enfants de 5 à 10 ans, les adultes accompagnant pouvant participer) au 05 55 66 66 66.

Atelier Verdures à feuilles de choux : mercredi 21 décembre 2016 à 15h30. Réservation obligatoire (atelier limité à 12 enfants de 5 à 10 ans, les adultes accompagnant pouvant participer) au 05 55 66 66 66.

Tarif des ateliers : 5 € par enfant, entrée au tarif réduit de 5 € pour les adultes accompagnants donnant accès à l'ensemble des espaces d'exposition.

Les actus de la cité

La Cité de la tapisserie officialise l'accueil du Brevet des Métiers d'Art "Art de la lisse" dans ses murs

14.04.2017
IMPRIMER
PARTAGER

Ce vendredi 14 avril, les coprésidents de la Cité de la tapisseries Jean-Jacques Lozach et Valérie Simonet ont signé une convention avec le président du GRETA du Limousin Pascal Dejammet et Bernard Montibus, chef d'établissement support du GRETA du Limousin, pour officialiser la mise à disposition de la salle de formation de lissiers située au 3e étage de la Cité.

La signature de la convention s'est déroulée en présence des membres du Comité syndical de la Cité internationale de la tapisserie, de Jean-Louis Delarbre, chef d'établissement réalisateur d'actions de formation, de Luc Soulié, directeur opérationnel du GRETA du Limousin, de Armelle Martin, conseillère en formation continue et de Delphine Mangeret, coordinatrice du dispositif de formation, ainsi que des formateurs et des élèves du Brevet des Métiers d'Art "Art de la lisse".

La salle de formation, objet de cette convention de mise à disposition, est située dans l'atelier de tissage historique de l'École nationale d'Art décoratif d'Aubusson et entièrement réhabilité pour l'ouverture de la Cité de la tapisserie. Elle abrite depuis la rentrée 2016 les enseignements du Brevet des métiers d'Art "Art de la lisse" dont l'animation est confiée au GRETA du Limousin, et qui représente une évolution de la formation de lissiers remise en place en 2010 par la Cité de la tapisserie.

Les dix élèves de la formation effectuent actuellement leurs stages en entreprise, auprès des ateliers et manufactures de tapisserie de la région d'Aubusson-Felletin, pour mettre en pratique les différents enseignements suivis depuis le mois de septembre 2016.

En près de 8 mois de formation, les jeunes femmes ont eu l'occasion de pratiquer les bases des techniques de la tapisserie de basse lisse, du montage de la chaîne sur le métier à tisser au tissage des formes simples puis courbes. Elles ont suivi des cours d'histoire de l'art de la tapisserie, découvert la mise au point des cartons de tapisserie et à l'échantillonnage des couleurs, et ont abordé les technologies des fibres. Les élèves se sont véritablement intégrées à la "ruche" de la Cité de la tapisserie, en participant à des projets de tissage innovants lors d'un workshop avec des étudiants de l'École nationale supérieure d'architecture et du paysage de Bordeaux, de l'Académie des Beaux-Arts de Hangzhou en Chine, du diplôme de design du lycée Raymond Loewy de La Souterraine, de l'École nationale supérieure d'art de Limoges ; en profitant d'un accès direct au centre de ressources et à la bibliothèque ; en en assistant à des colloques et des conférences ; ou encore en côtoyant les Ateliers de la Cité.

Leur première année d'apprentissage sera validée par un Certificat d'aptitude professionnelle en juin prochain, puis elles poursuivront avec une deuxième année de formation sur la base d'une série de workshops d'approfondissement anilés par des lissiers confirmés.

Les actus de la cité

La Manufacture Royale du Parc crée une moquette de prestige aux couleurs de la Cité de la tapisserie

14.04.2017
IMPRIMER
PARTAGER

À Aubusson, la tapisserie de basse lisse représente la tête de pont de tout un pôle art textile / art tissé constitué de multiples savoir-faire liés à l'univers de la laine, de la couleur et du textile.  Ainsi, à Aubusson, se fabriquent aussi les moquettes des établissements les plus prestigieux. La Manufacture Royale du Parc, héritière de la Manufacture de tapis Sallandrouze, et spécialiste des moquettes de luxe, a souhaité offrir à la Cité de la tapisserie une création inspirée des couleurs de ses façades.

L'univers textile de la région d'Aubusson-Felletin, ce sont 35 entreprises, 200 emplois, autour du tissage, de la filature, du feutrage, de la teinture, du tuft, du mobilier, avec une complémentarité artisanale et manufacturière. Au sein de ce pôle art textile / art tissé, la Manufacture Royale du Parc est l'héritière des Établissement Sallandrouze, fabricants de tapis depuis 1751. Au début du XXe siècle, la manufacture Sallandrouze de la Mornaix, rue Saint-Jean à Aubusson, se dote de machines à tisser d'origine allemande, fonctionnant à partir de cartes perforées comme modèles. Les métiers resteront performants pendant tout le XXe siècle. Aujourd'hui installée sur le site industriel de La Beauze, la Manufacture la Manufacture Royale du Parc propose des moquettes et des tapis sur mesure. Elle fournit les établissements hôteliers les plus luxueux, tout comme les compagnies de transports aériens et ferrovières.

La moquette réalisée spécialement pour habiller la salle de réunion de la Cité internationale de la tapisserie est une adaptation de la création colorée de Margaret Gray qui habille les façades et donne toute son identité à la Cité de la tapisserie.

Petit aperçu d'une fabrication "made in Aubusson":

Les actus de la cité

Conférence "Le mou: une vision sur la matière souple et ses multiples dimensions"

14.04.2017
IMPRIMER
PARTAGER

Dans le cadre d'un cycle consacré à l'actualité de la création contemporaine, la dernière conférence de Mathieu Buard, professeur à l'École supérieure des Arts appliqués Duperré (Paris), abordait la thématique du "mou", présentant une vision de la matière souple et de ce que cela peut représenter dans divers champs de la création contemporaine. Si vous l'avez manquée, la Cité internationale de la tapisserie vous propose une séance de rattrapage.

Retrouvez l'intégralité de la conférence (durée : 1h) :

Les actus de la cité

Écouter le "bruit" des œuvres

13.04.2017
IMPRIMER
PARTAGER

Après des mois de travail visant l’intégration du dépôt des collections textiles de l’ancienne École nationale d’Art décoratif d’Aubusson à la Cité internationale de la tapisserie, l’équipe de la régie des œuvres poursuit le grand chantier des collections. Il s’agit à présent de traiter un immense ensemble d’œuvres graphiques ayant servi de modèles à des tapisseries, des tapis ou des éléments de mobilier, issues des fonds des anciens ateliers de tapisserie Tabard et Braquenié.

Le chantier des collections consiste en une chaîne opératoire précise, permettant la normalisation de la conservation des pièces d’une collection publique et l’amélioration de leur documentation.

La collection d’œuvres graphiques de la Cité internationale de la tapisserie, comptant notamment ces Fonds Tabard et Braquenié, est estimée à environ 7 000 œuvres de petit format et 15 000 œuvres de grand format (des « cartons » de tapisserie, soit les modèles agrandis à l’échelle du tissage final).

L’ancien musée départemental de la tapisserie du Centre Jean-Lurçat d’Aubusson manquait d’espace pour conserver ces œuvres en réserves. La majorité de ces œuvres graphiques étaient donc conservées dans une salle dédiée aux Archives départementales de la Creuse.

Au sein de son nouveau bâtiment, la Cité de la tapisserie dispose aujourd’hui de trois espaces de réserves et d’une salle dédiée au soin des collections. Une grande partie des œuvres graphiques conservées aux Archives départementales a ainsi pu être rapatriée. Le chantier des collections se concentrera cette année sur le traitement des œuvres graphiques de petit format.

En premier lieu, les œuvres sont réparties par fonds d’atelier, triées par format, puis par typologie, selon leur usage: maquettes pour des tapisseries, des tapis ou des garnitures de mobilier. Une fois triées, les pièces sont nettoyées. Chaque œuvre est passée à la « chaussette à gomme », qui permet un nettoyage plus doux qu’un gommage direct, puis dépoussiérée au pinceau. Certaines pièces vont demander de petites consolidations.

La troisième étape consiste dans l’inventaire : les pièces sont enregistrées sur une base de données avec un numéro d’inventaire normalisé permettant d’identifier l’œuvre par typologie. L’enregistrement est renseigné par une description de l’œuvre, ses dimensions, une photo documentaire, mais également ce que Stéphanie Coudert, régisseuse des collections, appelle le "bruit de l’œuvre", c’est-à-dire tous les éléments caractéristiques, signatures, indices pour la recherche.

Les fonds comptent de nombreuses estampes et gravures, considérées comme des modèles d’inspiration ou ayant servi parfois de maquettes pour de futures tapisseries. Parmi elles, l’équipe a pu faire la découverte de quelques raretés, comme des estampes d’après François Boucher datées du milieu du XVIIIe siècle.

Ainsi, au-delà de renseigner l’inventaire des collections de la manière la plus fidèle et complète possible, il s’agit également d’améliorer la connaissance des ateliers et de l’histoire de leur production, d’écouter les fameux « bruits » des œuvres, de créer des connections entre elles. C’est le cas, par exemple, lorsqu’au cours d’un chantier des collections est découvert un carton ou une maquette correspondant à un tissage déjà connu.

Les actus de la cité

La matinale de France Inter en direct de la Cité de la tapisserie

28.02.2017
IMPRIMER
PARTAGER

Tous les quinze jours, Patrick Cohen propose un « 7/9 » de France Inter délocalisé, pour explorer à chaque fois des thématiques particulièrement marquantes en cette période électorale. Après Laumpaul Guimiliau dans le Finistère et le Tribunal de Grande Instance de Créteil, la matinale de France Inter et son équipe de chroniqueurs fait étape dans la Creuse, à Aubusson, pour une émission en direct de la Cité internationale de la tapisserie.

Sur le thème de la désertification des campagnes, l'émission se délocalise dans le département de la Creuse, l'un des moins peuplés de France après la Lozère. C'est pourtant depuis un lieu aussi dynamique que la Cité de la tapisserie que l'équipe de la matinale de France Inter se posera la question du désenclavement de nos campagnes, celle de l'accès aux services publics en zone rurale et de leur maintien.

Aux côtés de Patrick Cohen interviendront les chroniqueurs Bernard Guetta, Thomas Legrand, Rebecca Manzoni, Hélène Jouan et Sophia Aram, avec également la participation d’invités locaux et du Maire d’Aubusson.

Seront présents les Coprésidents de la Cité internationale de la tapisserie : Jean-Jacques Lozach, Sénateur de la Creuse et Vice-Président de l’Association Nationale Nouvelles Ruralités ; Valérie Simonet, Présidente du Conseil départemental de la Creuse.

Infos pratiques

Le 7/9 de France Inter, lundi 6 mars 2017.

Amphithéâtre de la Cité internationale de la tapisserie, rue des Arts, 23200 Aubusson.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles à partir de 6h45.

Les auditeurs peuvent poser leurs questions au 01 45 24 70 00.

Les actus de la cité

Un parcours permanent renouvelé

17.02.2017
IMPRIMER
PARTAGER

Pour préserver ses collections textiles et proposer chaque année au visiteur une expérience originale, la Cité internationale de la tapisserie renouvelle l'accrochage au sein de son parcours permanent, entre acquisitions récentes, restaurations d'œuvres et prêts d'exception.

Particulièrement fragiles à conserver, les collections textiles supposent une rotation régulière des œuvres pour la préservation des pièces. Avec plus de 330 tapisseries murales, la Cité internationale de la tapisserie compte un grand nombre d'œuvres en réserves, permettant un renouvellement de l'accrochage chaque année.

Avec ses décors inspirés des techniques du théâtre, la proposition muséographique de la Cité de la tapisserie recontextualise les tapisseries dans leur époque de création. Invitation à voyager au fil de six siècles d'histoire de la tapisserie à Aubusson, ce système de châssis et décors successifs rend possible une grande variation des œuvres, tout en conservant le propos du parcours permanent.

Poursuivant son travail de construction d'une collection de référence, la Cité acquiert régulièrement de nouvelles pièces. Moins de sept mois après son inauguration, la Cité de la tapisserie propose au visiteur de découvrir ses acquisitions les plus récentes au sein de la grande Nef des Tentures.

À voir en 2017

Le visiteur est accueilli dès le hall par une tapisserie monumentale de Jacques Lagrange (dépôt du Mobilier national), Cette pièce laissera la place dès la fin mai 2017 à une création contemporaine très attendue : La famille dans la joyeuse verdure, d'après le duo d'artistes argentins Leo Chiachio et Daniel Giannone (2e prix 2013 de la création à la Cité de la tapisserie). L'œuvre sera exposée dès sa tombée de métier, après plus de deux ans de tissage.

L'espace de la Nef des tentures, avec ses 600 m2 et ses 7 m de hauteur, met en avant plusieurs acquisitions récentes, des prêts ou des œuvres issues des collections : une pièce monumentale du tout début du XVIIe siècle, Les Chasses princières, est mise en regard d'une gravure de Stradanus (1523-1605) dont est tirée l'une des deux scènes qui composent la tapisserie. Cette tapisserie exceptionnelle a été récemment offerte par un couple d'origine creusoise.

Une nouvelle Verdure à feuille de choux, prêt de la famille Helffer, extrêmement riche sur le plan ornemental, présente la particularité de mettre en avant une figure de cheval, peu commune dans ce type de verdure. Pour la période du XIXe siècle, la Cité de la tapisserie présente une portière exceptionnelle, tissée d'or et d'argent (prêt du Mobilier national).

La période Art Déco s'est enrichie d'une tapisserie de 1925, Le Château de Cordès, acquise grâce au soutien de Nicole de Pazzis-Chevalier et Dominique Chevalier. Cette pièce de la Manufacture Coupé (Bourganeuf) est associée à sa maquette gouachée et à la maquette en trois dimensions du stand (un diorama) de la manufacture Coupé pour l'Exposition internationale des Arts Décoratifs de 1925 à Paris. La manufacture y avait obtenu un Grand Prix du jury.

Le mouvement des peintres cartonniers au XXe siècle est à présent illustré également par l'une des premières tapisseries mises au point par Jean Lurçat, Les Lacs. La tapisserie est mise en rapport avec son carton gouaché, qui permet de saisir les débuts de l'écriture de Lurçat pour la tapisserie, période de deux ans et demi où Lurçat a appris, au sein de l'École nationale d'Art décoratif d'Aubusson, comment faire une tapisserie de basse lisse et son carton.

Le Corbusier occupe toujours une place importante parmi les tapisseries de grands peintres, cette fois avec Les dés sont jetés.

Enfin, le visiteur découvre le travail du peintre abstrait de "la nouvelle école de Paris" Léon Gischia avec son Soleil vert.

La salle des "Tapisseries du monde", actuellement fermée, rouvre à la fin mars, entièrement renouvelée avec des prêts du Département textile du Mobilier national, du musée Bargoin de Clermont-Ferrand et de la galerie Berdj Achdjian à Paris, et connaîtra une seconde rotation d'œuvres au cours de l'année.

La plateforme de création contemporaine met notamment en avant l’œuvre hybride de Pascal Haudressy, If, Grand Prix de la Cité de la tapisserie en 2014, mêlant tapisserie, sculpture et projection vidéo.

Les créations contemporaines seront visibles dans la plateforme jusqu'au 19 juin 2017, puis l'ensemble des œuvres du Fonds contemporain seront rassemblées au centre culturel et artistique Jean-Lurçat d'Aubusson, du  23 juin au 18 septembre.

 

Les actus de la cité

Des textiles lumineux prennent vie dans les Ateliers de la Cité

14.02.2017
IMPRIMER
PARTAGER

Au-delà du musée traditionnel, la Cité de la tapisserie se donne pour mission de soutenir la filière et œuvre au développement économique du territoire. En mettant à leur disposition deux ateliers de 31m2, la Cité accueille des porteurs de projets textiles innovants, dans le cadre d’un partenariat avec la Pépinière 2Cube d’Aubusson. Lyse Drouaine est l’une des créatrices sélectionnées pour développer son activité au sein de la Cité.

Deux projets de création d’entreprise ont été retenus pour intégrer les Ateliers de la Cité. Après Laurine Malengreau avec « OOLMOO : new textile art from Aubusson », c’est au tour de la designer textile Lyse Drouaine de prendre possession de son local.

De la tradition à l’innovation textile, le projet de Lyse Drouaine s’est construit au fil de sa formation et de ses différentes expériences professionnelles en création textile.

Après un Diplôme des Métiers d’Art en Textile à l’École supérieure des arts appliqués Duperré (Paris), pour lequel elle se spécialise en tissage, la jeune femme poursuit ses études textiles en licence professionnelle Design de Mode, Textile et Environnement. Pendant ses années de formation, Lyse Drouaine s’intéresse particulièrement à la lumière, qui prend forme dans la matière tissée et se propage dans l’espace architectural.

Grâce à un stage auprès d’un équipementier automobile, elle découvre le tissage industriel et les métiers jacquard et développe ensuite une collection de textiles pour l’automobile. Le style épuré laisse apparaître un motif récurent : celui de la ligne interrompue.

Puis, assistante de création aux ateliers Sophie Mallebranche, elle s’imprègne des codes du secteur du luxe, sur un poste polyvalent qui lui laisse découvrir les différentes facettes du métier de directeur artistique.

La créatrice part ensuite au Vietnam dans le cadre d’un programme mené par l’association Batik International. Elle y développe pendant six mois des collections de tissage manuel au sein d’une entreprise de Hanoi. Une expérience qui lui permet de côtoyer les sériciculteurs, les filatures, les artisans auprès desquels elle découvre les propriétés et la production de matières nobles.

De retour en France, c’est sous de nouvelles influences qu’elles renouvelle et précise son travail autour des textiles lumineux. Elle allie désormais la fibre optique aux matières naturelles,  à la recherche d’un équilibre subtil entre matière et lumière.

À la recherche d’un lieu propice aux échanges et au développement de cette nouvelle activité, elle propose un dossier de candidature pour intégrer l’un des Ateliers de la Cité et voit son projet sélectionné.

Son premier objectif est de développer une collection de panneaux tissés avec du lin, dont elle souligne les qualités techniques autant que sa façon de s’intégrer à une architecture, en le combinant à un léger réseau de fibre optique. Les matières s’apprécient avec et sans éclairage, fonctionnent de jour comme de nuit. Tantôt réalisés à la main sur un métier à échantillonner installé dans son atelier au deuxième étage de la Cité de la tapisserie, tantôt produits en collaboration avec des industriels, les prototypes des succèdent.

Le travail de recherche de Lyse Drouaine a été sélectionné par la Cité du design dans le cadre du Off de la Biennale Internationale du Design 2017 de Saint-Étienne. Intitulée « Tisseuse de Lumière », une exposition construite autour de ce projet de design textile sera accessible au public aux Ateliers Weiss à Saint-Étienne, du 06 mars au 31 août 2017.

Les actus de la cité

Atelier jeune public : Art Déco - 1925

13.02.2017
IMPRIMER
PARTAGER

Pendant les vacances d'hiver, la Cité internationale de la tapisserie propose une activité en famille inédite : la création d'une maquette de décorateur inspirée des décors colorés et géométriques des années 1920.

Dans cet atelier les enfants deviennent architectes et décorateurs d'intérieur, en créant eux-mêmes un intérieur de style Art Déco en 3D. 

Ils fabriquent une maquette pliable (un diorama) avec ses éléments de mobilier (fauteuils, paravents, tapis, etc.). Ils créent les décors de style Art Déco sur les différents éléments, ils peuvent aussi intégrer à leur maquette de curieux personnages issus de créations d’artistes célèbres tels que Fernand léger et Sonia Delaunay.

Cette activité est inspirée d’une maquette présentée dans le parcours de la Nef des tentures à la Cité internationale de la tapisserie, illustrant l’intérieur du stand de style Art Déco conçu par la manufacture de tapisseries Coupé à Bourganeuf (23) pour L’Exposition Internationale des Arts décoratifs et industriels modernes à Paris en 1925.

Durée de l'activité : environ 1h30.

Un atelier en partenariat avec "La Creuse en famille".

Infos pratiques

Atelier "Art Déco - 1925", mercredi 22 février 2017 à 15h30.
Réservation obligatoire (atelier limité à 12 enfants de 5 à 10 ans, les adultes accompagnant pouvant participer) au 05 55 66 66 66.
Tarif : 5 € par enfant, entrée au tarif réduit de 5,50 € pour les adultes accompagnants, donnant accès à l'ensemble des espaces d'exposition.

Les actus de la cité

Musique et tapisserie

13.02.2017
IMPRIMER
PARTAGER

Quand la tapisserie inspire des compositeurs en herbe... En partenariat avec le Conservatoire Départemental Emile Goué de Guéret, la Cité de la tapisserie accueille le projet "Musique et Tapisserie".

Musique et Tapisserie est un projet issu des Ateliers de Musique Assistée par Ordinateur du Conservatoire départemental de la Creuse : une mise en musique électronique de la création contemporaine de Pascal Haudressy, If, qui mêle tapisserie, sculpture et projection numérique, par les élèves de la section "Musique Assistée par Ordinateur" du Conservatoire départemental. Cette œuvre qui avait remporté le Grand Prix de la création de la Cité de la tapisserie en 2014 est visible depuis février 2017 au sein de la plateforme de création contemporaine.

À l'issue de plusieurs séances de travail inspirées par cette création étonnante de Pascal Haudressy, sous la supervision de leur professeur Jean-François Prin, les élèves des Ateliers Musique Assistée par Ordinateur présenteront au public leur œuvre musicale en regard de l'œuvre tissée.

Infos pratiques

Un projet atypique, en résonance avec le travail de l'artiste, à découvrir mercredi 15 février à 18h30 à la Cité internationale de la tapisserie. Entrée libre pour tous.