Les artistes de la tapisserie

Jean-Baptiste Oudry (1686-1755)

IMPRIMER
PARTAGER

Le maître inspirant

D’abord peintre animalier, Oudry a influencé la production aubussonnaise, notamment comme conseil du peintre du Roi Jean-Joseph Dumons, dans laquelle les verdures occupent une place centrale. Ses cartons des Métamorphoses, dont l’originalité réside dans la représentation des personnages transformés en animaux et non pas le processus de transformation, qui n’avaient eu que peu de succès à Beauvais, se sont diffusés en Europe à partir d’Aubusson.

Né en 1686 à Paris, Jean-Baptiste Oudry commence très jeune son apprentissage de la peinture avec son père, peintre et doreur, membre de l’Académie de dessin et marchand de tableaux. En 1719, il entre à l’Académie pour une peinture animalière mais il produit beaucoup et dans différents domaines : le portrait, la peinture d’histoire, les chasses, le paysage, les animaux, les fleurs, etc. Ordre lui est donné en 1728 de suivre les chasses de Louis XV, dont résultera son chef d’œuvre, Chasses royales de Louis XV, un portrait de la meute royale, qui lui vaut d’être nommé adjoint à professeur à l’Académie. Cette peinture deviendra son unique tissage aux Gobelins.

En 1734, Louis Fagon, Intendant des Finances, lui confie la direction artistique de la Manufacture de Beauvais, fonction qu’il occupera jusqu’à sa mort en 1755. L’administration Oudry permet de redresser la manufacture, qu’il réorganise. Il crée une école de dessin pour les tapissiers et, à partir de 1738, se décharge de la fourniture de cartons, confiée à Boucher et Natoire. Deux ans auparavant, il avait également été nommé Inspecteur des Gobelins pour surveiller l’exécution de ses tapisseries des chasses royales. Il lui est souvent reproché d’avoir asservi la tapisserie à la peinture, passant sous silence le caractère décoratif et textile spécifique à la tapisserie.

Jean-Joseph Dumons, peintre du Roi à la Manufacture d’Aubusson, a puisé dans les œuvres d’Oudry pour réaliser des cartons de tapisseries pour les lissiers d’Aubusson. Bien qu’il ne se soit jamais rendu à Aubusson, Oudry a conseillé Dumons pour la réforme de la Manufacture, exerçant ainsi une sorte de tutelle indirecte sur la production de cartons pour la Manufacture Royale d’Aubusson.

Après 1750, suite aux demandes répétées des tapissiers aubussonnais de bénéficier de cartons différents de verdures, l’administration royale envoie à Aubusson trois séries de cartons d’Oudry : les Amusements champêtres, les Comédies de Molière et les Métamorphoses en animaux. Ces derniers (d’après l’œuvre d’Ovide) sont d’une importance capitale pour la relance de la production aubussonnaise. Ces modèles, qui n’avaient pas obtenu le succès escompté à Beauvais, sont envoyés à Aubusson, d’où ils vont se diffuser à l’Europe entière. Toutes les tentures d’Oudry sont reprises dans les ateliers marchois, écrivant ainsi l’une des plus belles pages de l’histoire de la tapisserie d’Aubusson.