Tapisseries des Lumières

L'ouvrage: Aubusson Tapisserie des Lumières

IMPRIMER
PARTAGER

Coll. Corpus Albuciense, vol.2.

Deuxième opus du Corpus Albuciense, Aubusson, Tapisseries des Lumières fait suite à Tapisseries 1925, édité par la Cité de la tapisserie en 2012.

Publié à l’occasion de l’exposition "Aubusson Tapisseries des Lumières", reconnue d’intérêt national et organisée au Musée de la tapisserie du 15 juin au 31 octobre 2013, l’ouvrage du même nom constitue la réactualisation de la thèse de doctorat de Pascal Bertrand. Professeur d’histoire de l’art à l’Université de Bordeaux, spécialiste de la tapisserie d’Aubusson entre 1731 et 1791, il a en outre assuré le commissariat scientifique de l’exposition. Le livre compte 320 pages et plus de 450 images, soit une iconographie d’une très grande ampleur, jamais rassemblée jusque-là pour Aubusson.

Quatrième de couverture :

« Le propos de ce livre est double. Essayer tout d’abord de montrer comment la renommée européenne de la tapisserie d’Aubusson au XVIIIe siècle découle de l’augmentation et de l’intensification des échanges commerciaux internationaux, caractéristiques des Lumières, répondant à une demande précise en ameublement de produits de luxe, de tapisseries de verdure essentiellement, c’est-à-dire représentant divers paysages, enrichies de fabriques et le plus souvent égayées d’animaux et de petits personnages. Reconstituer ensuite le corpus des tapisseries, sachant que les tapissiers d’Aubusson tissaient à la fois les cartons qui étaient mis à leur disposition par la Couronne et ceux qu’ils achetaient pour leur propre usage. Il a donc fallu définir des critères objectifs permettant de regrouper les tapisseries et de reconstituer les diverses tentures réalisées, tels que la répétition d’un même carton et la fréquence des associations d’un tissage avec d’autres, le format des pièces et les marques relevées. »

Aubusson Tapisseries des Lumières. Splendeurs de la Manufacture Royale, fournisseur de l'Europe au XVIIIe siècle, de Pascal Bertrand, Ed. Snoeck, 2013.

Disponible à la boutique du Musée.