La tapisserie, le mur et l'architecte

Deuxième prix : Voyage d'intérieur

IMPRIMER
PARTAGER

Le deuxième prix est attribué à Cloé Paty, Brigitte Gathier (BMA "Art de la lisse"), Tristan Dassonville (ENSA Limoges), Hind Rezouk (ENSAP Bordeaux), Océane Boquet (DSAA Raymond Loewy) et Sheng Yini (Académie d'Art de Hangzhou en Chine). L'équipe a imaginé un projet de trois tapisseries adaptées et adaptables aux espaces intérieurs modernes plus réduits, permettant à l'usager de s'approprier et de redéfinir l'espace, et dont le motif en constante évolution serait composé par les traces de ces différents usages.

Inspiré de la conception nomade de la tapisserie par Le Corbusier, dans le projet Voyage d'intérieur, la tapisserie devient à la fois objet mobile et mobilier. Le projet prévoit trois tapisseries de dimensions, matières, techniques et épaisseurs différentes, qui selon leurs caractéristiques pourront séparer l'espace, permettre de ranger des objets ou de les laisser voir, enrober du mobilier, etc. Une première tapisserie de 6m x 1 m, rouge piquée de bleu, sera réalisée à l'aide de la technique du "crapautage" qui consiste à épaissir le point au fur et à mesure du tissage, pour passer d'une épaisseur de 5 mm à 1 cm. Une fois roulée, la tapisserie pourrait par exemple servir à la fois de tapis et de coussin sur la partie la plus épaisse. Le deuxième tissage de 4m x 2m fera 3 mm d'épaisseur est conçu pour être réalisé en bleu piqué de jaune. Des relais (rupture de la trame normalement nécessaire au moment des changements de couleur) seront laissés ouverts pour permettre de glisser différents objets. La troisième tapisserie est un carré jaune piqué de rouge de 3m x 3m, d'une épaisseur de 4 cm, obtenue artificiellement en multipliant les fils d'arrêt sur l'envers de la tapisserie pour rendre l'effet d'un tapis de savonnerie. Le calcul du sens des fils de chaîne permet de créer des volets ouvrables à l'envi.

Pour ces trois tissages en laine et soie, l'équipe a imaginé l'utilisation de teintures naturelles, pour créer des textiles non agressifs pour l'usager, mais aussi pour les propriétés de certaines plantes tinctoriales : la reseda des teinturiers pour le jaune, antiseptique, l'hibiscus pour le rouge, non agressif pour la peau, le pastel antibactérien et antiviral pour le bleu. Le projet prévoit également de teindre les fils de chaîne voulus en laine également, dans une teinte verte donnée par la tanaisie (insectifuge), l'usure de la trame faisant peu à peu apparaître les fils de chaîne étant ainsi anticipée dans le cycle de vie de ces tapisseries.

Ce projet s'appuie sur des formes et des techniques très simples pour des usages complexes et entièrement modulables. Sur le plan de la représentation, ce n'est pas le figuratif qui est mis en avant ici pour créer un motif narratif comme dans la tapisserie figurative traditionnelle, mais la notion de trace. Des traces témoins, fruits de l'usage quotidien de ces tapisseries. Le motif en évolution permanente est le résultat de l'histoire des tissages dans l'espace intérieur ; il se crée au fil des pliures, des réparations, des salissures, des modifications opérées par l'usager, etc.