Les actus de la cité

"Rivendell" dévoilée à Aubusson

17.05.2019
IMPRIMER
PARTAGER

La Cité internationale de la tapisserie a dévoilé ce vendredi la cinquième tapisserie de la Tenture Tolkien,  en présence de Lord Llewellyn, Ambassadeur du Royaume-Uni en France, de Baillie Tolkien, belle-fille du célèbre auteur, épouse de Christopher Tolkien, du Sénateur de la Creuse Jean-Jacques Lozach et de Valérie Simonet, Présidente du département de la Creuse et d ela Cité de la tapisserie, et de nombreux élus de la Région Nouvelle-Aquitaine et de la Communauté de Communes Creuse Grand Sud.

Cinquième pièce de la Tenture "Aubusson tisse Tolkien" débuté en 2018, qui prévoit en 4 ans le tissage de 13 tapisseries murales et un tapis d'après des illustrations originales de l'auteur du Seigneur des Anneaux et de Bilbo Le Hobbit JRR Tolkien, Rivendell est "tombée" du métier à tisser de l'Atelier Françoise Vernaudon accueilli à l'occasion de ce tissage monumental dans l'atelier mis à sa disposition à la Cité internationale de la tapisserie.

La lissière Françoise Vernaudon s'est vue chargée du tissage à la suite d'un appel d'offres lancé par la Cité de la tapisserie. Elle s'est associée avec deux jeunes lissières issues de la formation du Brevet des Métiers d'Art "Art de la lisse" – dispensé à la Cité de la tapisserie, coordonné par le GRETA du Limousin et financé par le Conseil régional Nouvelle-Aquitaine –, Anne Boissau et Nathalie Mouveroux, pour 2000 heures de travail.

Les trois lissières ont travaillé en étroite collaboration avec la cartonnière Delphine Mangeret pour l'interprétation de cette aquarelle, mesurant à l'origne une vingtaine de centimètres de côté, en vue de la réalisation de la tapisserie de 10 m2.

L'Ambassadeur du Royaume-Uni en France, Lord Llewellyn, avait fait le déplacement depuis Paris. Il a donné les premiers coups de ciseaux pour libérer la tapisserie et a confié son "immense plaisir de participer à cette célébration de l'amitié franco-britannique".

Habituée des événements aubussonnais, Baillie Tolkien a une nouvelle fois rappelé à quel point elle était persuadée que son beau-père, JRR Tolkien, aurait été ravi du travail des lissières. Un ravissement vraisemblablement partagé par un amphithéâtre comble au moment du dévoilement de la tapisserie, alors découverte par tous pour la première fois sur en entier, le tissage étant effectué sur l'envers et enroulé au fur et à mesure de la progression. L'assistance a alors pu se rapprocher pour saisir la qualité du tissage et explorer la tapisserie, à la recherche d'un clin d'œil à la famille Tolkien, glissé dans le tissage par les lissières. L'œuvre revet une importance toute particulière pour le fils de l'auteur Christopher Tolkien, qui confiait, à l'occasion de sa découverte des premières tapisseries Tolkien à l'Abbaye du Thoronet en janvier dernier, son souvenir d'enfance, se revoyant âgé de 4 ou 5 ans faisant tomber une larme au beau milieu de l'aquarelle sur laquelle travaillait son père en pleine nuit, une larme de joie de retrouver son père dans une maison silencieuse.

Retrouvez le récit inédit de Christopher Tolkien :

 

Les plus attentifs pourront repérer une larme tissée parmi les feuillages...

L'œuvre sera exposée dans l'amphithéâtre de la Cité de la tapisserie tout le week-end et en nocturne samedi 17 mai 2019 pour la Nuit européenne des musées. Elle partira ensuite en couture de finitions avant de rejoindre les espaces d'exposition de la Cité dès le 22 mai.