Appels à création

Lucite

IMPRIMER
PARTAGER

Eva Nielsen obtient le Grand Prix 2016 de la Cité internationale de la tapisserie avec Lucite, une proposition de tapisserie en trompe-l'œil qui joue sur une tension entre le monumental et l'intime.

Passée par la Central Saint Martins de Londres et diplômée des Beaux-Arts de Paris, Eva Nielsen est une artiste prometteuse de la jeune scène picturale française. Représentée par Jousse à Paris, Selma Feriani à Tunis et à Londres et The Pill à Istanbul, la jeune Franco-Danoise s'intéresse  à la thématique de l'entrelacement. Son travail plastique est un travail de strates : à partir de photographies, Eva Nielsen s'approprie les images en intervenant par couches successives, cadres successifs de sérigraphie, applications de peinture ou d'encre.

Pour l'appel à création 2016 de la Cité de la tapisserie, Eva Nielsen a proposé un projet de trompe-l'œil. Du nom d'une maladie interdisant la confrontation avec la lumière du jour et oblige les malades à se protéger du soleil sous une toile, l'œuvre Lucite est issue d'une recherche où l'artiste superpose l'impression de la trame d'une toile moustiquaire à la photographie d'un paysage. Prévue pour mesurer 2,20 m de large sur 3 m de hauteur, l'œuvre joue entre les dimensions monumentales de la tapisserie et la perception intime du paysage à travers la trame textile. 

Alors qu'elle travaille ses images en couches successives, la réalisation d'une tapisserie lui permet de transcender son geste artistique en touchant directement le matériau même qu'elle imprime depuis quelques années. Aboutissement de cinq années de recherches, ce projet de tapisserie pourrait lui permettre de faire "fusionner les calques", en mettant en forme l'image en un seul geste, celui du lissier.

Le tissage a été réalisé par l'Atelier Patrick Guillot en 2018.

En 2019, Eva Nielsen fait partie avec Lucite de la sélection de la Triennale d’Art textile de Lodz en Pologne, au Musée Central des Textiles, la plus ancienne triennale d’art textile. Son travail est également présenté en Allemagne et aux Etats-Unis. Une première monographie consacrée aux productions d’Eva Nielsen paraît en juin 2019 chez Manuella Éditions.

 

Appels à création

Bleue

IMPRIMER
PARTAGER

Le deuxième prix 2016 de l'appel à création de la Cité de la tapisserie revient à l'artiste plasticienne Marie Sirgue pour son projet Bleue, un projet de tapisserie de 2 m x 3 m qui, dans la préciosité de son tissage, va s'attacher à donner l'illusion... de la plus triviale des bâches de chantier.

Marie Sirgue vit et travaille dans la Vienne. Multi-médium, son travail questionne l'homme et ses usages. À partir d'un projet, elle va aller chercher la technique la plus adaptée. Elle s'intéresse à la notion de "contrefaçons inversées" : en partant d'un modèle trivial, un objet du quotidien de peu de valeur, elle imagine comment en donner une copie ennoblie.

C'est que Marie Sirgue a expérimenté pour l'appel à création de la Cité de la tapisserie : à partir d'un montage de plusieurs photographies d'une bâche de chantier bleue tout juste sortie de son emballage, avec ses plis et ses jeux de lumières grâce à l'application d'un flash déporté, elle propose un grand projet de trompe-l'œil, dans la tradition des drapés textiles de la tapisserie d'Aubusson historique. Pour ce projet, les drapés jouent des effets de brillance, d'irisation et de lumière et doivent donner l'illusion des froissements du plastique. Marie Sirgue produit par là un trouble entre la trame de la bâche originale et la trame de la tapisserie, justement en jouant avec le langage technique de la tapisserie, les battages, les chinages ou encore les aplats. Les bleus sont électriques, volontairement artificiels.

Le tissage a été confié à l'Atelier A2 à Aubusson. La pièce est tombée du métier en février 2019. 

 

Workshop "La tapisserie, le mur et l'achitecte" : 3 projets innovants récompensés

22.11.2016
IMPRIMER
PARTAGER

La Caisse d'Épargne d'Auvergne et du Limousin soutient la Cité internationale de la tapisserie

21.11.2016
IMPRIMER
PARTAGER
La tapisserie, le mur et l'architecte

Troisième prix : "3"

IMPRIMER
PARTAGER

Marion Subert, Anne Boisseau (BMA "Art de la lisse"), Clément Polteau (ENSA Limoges), Sarah Ducarre (DSAA Raymond Loewy), Rafael Galoyan, Thomas Bachelé (ENSAP Bordeaux) remportent le troisième prix pour un projet qui porte bien son nom : 3. Le projet prévoit la mise en place d'un espace circulaire sous la forme d'un couloir créé à l'aide deux tapisseries, dans lequel le visiteur déambule et, à la manière d'un labyrinthe, repasse trois fois au même endroit sans jamais en avoir la même perception.

L'équipe est partie de l'idée de créer un espace en interaction avec le spectateur, qui se modifie selon trois cycles avec des changements de lumière, pour tour à tour raconter une histoire, raconter un matériau, et enfin raconter un espace. Par la lumière est ce qui lui est révélé ou non, le visiteur parcourt trois fois un même espace sans être le même.

Disposées de manière circulaire, les deux tapisseries forment un couloir dans lequel le visiteur pénètre en soulevant un pan de la tapisserie périphérique. Il est alors invité à découvrir au fil de son cheminement une tapisserie narrative classique, présentant l'histoire de Thésée et le Minotaure. Après un premier tour, il peut soulever un pan de la tapisserie intérieure pour reprendre son cheminement dans un deuxième cycle : cette fois, la tapisserie est rétro-éclairée, et laisse entrevoir la lumière par les fentes de relais laissés ouverts. Ce nouvel éclairage amène le visteur vers une vision sensible de la structure de la tapisserie et provoque une deuxième perception du même espace. Le visiteur peur alors soulever le pan de tapisserie qui le ramène vers le début du troisième cycle. Cette fois, la déambulation se fait dans la pénombre, l'espace éclairé en lumière noire. Des fils de trame réfléchissant la lumière noire dessinent des lignes qui viennent scander l'espace pour créer un trompe-l'œil amenant peu à peu le visiteur vers la sortie.

La tapisserie, le mur et l'architecte

Deuxième prix : Voyage d'intérieur

IMPRIMER
PARTAGER

Le deuxième prix est attribué à Cloé Paty, Brigitte Gathier (BMA "Art de la lisse"), Tristan Dassonville (ENSA Limoges), Hind Rezouk (ENSAP Bordeaux), Océane Boquet (DSAA Raymond Loewy) et Sheng Yini (Académie d'Art de Hangzhou en Chine). L'équipe a imaginé un projet de trois tapisseries adaptées et adaptables aux espaces intérieurs modernes plus réduits, permettant à l'usager de s'approprier et de redéfinir l'espace, et dont le motif en constante évolution serait composé par les traces de ces différents usages.

Inspiré de la conception nomade de la tapisserie par Le Corbusier, dans le projet Voyage d'intérieur, la tapisserie devient à la fois objet mobile et mobilier. Le projet prévoit trois tapisseries de dimensions, matières, techniques et épaisseurs différentes, qui selon leurs caractéristiques pourront séparer l'espace, permettre de ranger des objets ou de les laisser voir, enrober du mobilier, etc. Une première tapisserie de 6m x 1 m, rouge piquée de bleu, sera réalisée à l'aide de la technique du "crapautage" qui consiste à épaissir le point au fur et à mesure du tissage, pour passer d'une épaisseur de 5 mm à 1 cm. Une fois roulée, la tapisserie pourrait par exemple servir à la fois de tapis et de coussin sur la partie la plus épaisse. Le deuxième tissage de 4m x 2m fera 3 mm d'épaisseur est conçu pour être réalisé en bleu piqué de jaune. Des relais (rupture de la trame normalement nécessaire au moment des changements de couleur) seront laissés ouverts pour permettre de glisser différents objets. La troisième tapisserie est un carré jaune piqué de rouge de 3m x 3m, d'une épaisseur de 4 cm, obtenue artificiellement en multipliant les fils d'arrêt sur l'envers de la tapisserie pour rendre l'effet d'un tapis de savonnerie. Le calcul du sens des fils de chaîne permet de créer des volets ouvrables à l'envi.

Pour ces trois tissages en laine et soie, l'équipe a imaginé l'utilisation de teintures naturelles, pour créer des textiles non agressifs pour l'usager, mais aussi pour les propriétés de certaines plantes tinctoriales : la reseda des teinturiers pour le jaune, antiseptique, l'hibiscus pour le rouge, non agressif pour la peau, le pastel antibactérien et antiviral pour le bleu. Le projet prévoit également de teindre les fils de chaîne voulus en laine également, dans une teinte verte donnée par la tanaisie (insectifuge), l'usure de la trame faisant peu à peu apparaître les fils de chaîne étant ainsi anticipée dans le cycle de vie de ces tapisseries.

Ce projet s'appuie sur des formes et des techniques très simples pour des usages complexes et entièrement modulables. Sur le plan de la représentation, ce n'est pas le figuratif qui est mis en avant ici pour créer un motif narratif comme dans la tapisserie figurative traditionnelle, mais la notion de trace. Des traces témoins, fruits de l'usage quotidien de ces tapisseries. Le motif en évolution permanente est le résultat de l'histoire des tissages dans l'espace intérieur ; il se crée au fil des pliures, des réparations, des salissures, des modifications opérées par l'usager, etc.

La tapisserie, le mur et l'architecte

Premier prix : Alma

IMPRIMER
PARTAGER

Le premier prix est remporté par Auréline Caltagirone, Sophie Kabaradjian (ENSA de Limoges), Luis German Monroy (ENSAP Bordeaux), Manon de Valon (DSAA Lycée Raymond Loewy) et Nathalie Mouveroux (BMA "Art de la lisse"), pour un projet poétique à dimension citoyenne qui propose aux habitants d'Aubusson de se réapproprier un patrimoine à la fois culturel et architectural : Alma, La tapisserie prend soin d'Aubusson.

Témoins de l'âge d'or de l'activité de tapisserie à Aubusson, de nombreux bâtiments, anciennes manufactures de tapisserie, sont à présent abandonnés et leurs façades présentent des dégradations. Alma  se propose de rendre à la ville d'Aubusson son "âme" tapissière. S'inspirant de la technique du kintsugi "réparation en or" qui est une méthode de réparation des céramiques en revalorisant des fissures ou défauts au moyen de laques saupoudrées d'or, le concept du projet Alma est celui d'une tapisserie présentant des éléments tissés en puzzle reprenant les formes de fissures repérées sur les façades de ces bâtiments tombés en désuétude. Les parties de mur abimées pourront être comblées, les défauts réparés grâce à ces "pansements tapisseries".

Les lieux de l'activité tapissière ont donc fait l'objet d'une cartographie où ont été repérées les zones d'intervention ou de réparation.

Le projet envisage un tissage en atelier des éléments "pansements" sur un métier à tisser unique. Des motifs de verdures ont été choisis afin de ramener de l’onirisme dans ses bâtiments, de refaire vivre l’histoire de la basse-lisse. Pour résister aux intempéries, les tapisseries pansements sont tissées en polyester texturé, fibres résistantes aux UV.

La tombée de métier est envisagée comme un événement dans la ville, l'occasion pour les habitants de se reconnecter avec son patrimoine à la fois culturel et architectural en prélevant les différents éléments de "bandages" en tapisserie pour les placer sur les fissures à réparer.

La tapisserie évidée de ces différents eléments prélevés resterait exposée dans la ville, en témoin du processus.

La tapisserie, le mur et l'architecte

Structure, d'après André Bloc

IMPRIMER
PARTAGER

La Cité internationale de la tapisserie compte dans sa collection de tapisseries d’artistes une œuvre de 1956 signée de l’architecte André Bloc et tissée par la manufacture Tabard à Aubusson : Structure. Elle témoigne des expérimentations transdisciplinaires de l’architecte.

André Bloc (1896-1966) est ingénieur, architecte, sculpteur, éditeur. Il œuvre sa vie durant pour concilier les arts du plasticien et de l’architecte. Il est notamment le fondateur de la revue AA, L’Architecture d’aujourd’hui puis de la revue Art d’aujourd’hui.

La tapisserie Structure est l’une des très rares tapisseries de l’architecte et artiste André Bloc, éditée par la galerie Denise René. Elle a été tissée par la manufacture Tabard à Aubusson. Elle appartient au mouvement des tapisseries d'artistes mises au point à partir de la fin de la seconde guerre mondiale. Il est possible que le carton ait été mis au point par Victor Vasarely comme l’ont été les cartons des premières tapisseries éditées par la galerie Denise René à partir de 1950.

Pour Denise René, il s’agit là de prolonger ce travail de soutien aux artistes abstraits et optiques, au travers du medium textile, alors en plein essor. En 1950, Denise René fait appel à Victor Vasarely pour la mise au point des cartons et le suivi des tissages. Cette collaboration fut engagée avec la manufacture Tabard et a permis le tissage de pièces somptueuses comme les tissages d'après Albers, Arp, Le Corbusier, Taeuber-Arp, etc. et bien sur Victor Vasarely dont 61 cartons furent édités entre 1951 et 1976.

André Bloc a réalisé pour Denise René seulement 7 cartons entre 1952 et 1956, et, d’après les archives de la manufacture Tabard, chacun a été tissé en un seul exemplaire. Cette tapisserie est donc un exemplaire unique. Cette tapisserie révèle une grande qualité de tissage, très homogène et rigoureux, mais avec des caractères propres à la tapisserie affirmés, notamment l’effet de « côte » visible ponctuellement. L’utilisation du « chiné »[1] donne la matérialité du trait et évoque le fusain.

Pour André Bloc, la première collaboration avec Denise René intervient à la suite de la fondation avec le peintre Félix del Marle du groupe Espace en 1951, auquel plusieurs artistes et architectes de l’époque s’associent : Nicolas Schöffer, Jean Prouvé, Sonia Delaunay… Le groupe Espace œuvre ainsi pour une synthèse des arts en associant peinture, sculpture et architecture.

L’intérêt d’André Bloc pour la tapisserie est donc à relier avec ses expérimentations d’alors autour de matériaux et techniques diversifiés, selon une volonté de recherches transdisciplinaires. Chacune de ses expérimentations est dirigée vers la recherche d’une spatialité renouvelée, pour un art total mêlant arts plastiques et architecture. André Bloc travaille notamment avec l’architecte Claude Parent (1923-2016), récemment disparu.

En 1960, André Bloc présente une de ses amies, Andrée Bordeaux Le Pecq (1910-1973), à Claude Parent. De cette rencontre va naître un projet de construction très original, devenu depuis emblématique de l’esthétique de Claude Parent et de sa faculté à modeler le béton armé : la villa Bordeaux-Le-Pecq (du nom de ses commanditaires), réalisée entre 1963 et 1965, à Bois-le-Roy, dans l’Eure.

Andrée Bordeaux Le Pecq est elle-même peintre, et Claude Parent a prévu pour elle dans le plan de la villa un grand volume, légèrement surbaissé, destiné à son atelier. Andrée Bordeaux Le Pecq, très impliquée dans la vie artistique de son époque, imagine des modèles de tapisserie, et les murs du salon de la villa sont conçus pour valoriser la présentation de ces œuvres tissées.

La tapisserie Les Fleurs séchées, tissage des ateliers Pinton à Aubusson, encadrée par des appliques de Serge Mouille et des créations de Warren Platner ou encore Cini Boeri, dans un ensemble mobilier passé en vente publique à Paris en octobre 2014 (Artcurial).

[1] Cette technique consiste à mélanger sur la « flute » (la navette) du lissier des fils de différentes couleurs (ici des noirs et des bleus) pour donner des effets de transparence lors du tissage.

Pour aller plus loin

Bibliographie

Aubusson, La voie abstraite, catalogue de l’exposition présentée au Musée départemental de la tapisserie à Aubusson, du 3 juillet au 26 septembre 1993.

La tapisserie, le mur et l'architecte

Le Corbusier et le Muralnomad

IMPRIMER
PARTAGER

La Cité internationale de la tapisserie conserve deux tapisseries tissées d’après des cartons de Le Corbusier : Les Mains (Atelier Picaud, 1956) et Les dés sont jetés (Ateliers Pinton, 1960), deux tapisseries monumentales issues d’une collaboration avec un professeur de l’École nationale d’Art décoratif d’Aubusson, le « metteur en laine » Pierre Baudouin. Une collaboration qui donnera naissance à plus de 50 œuvres tissées.

Pierre Baudouin (1921-1970) est artiste, enseignant à Aubusson et à Paris au lycée de Sèvres. En 1946, il découvre la tapisserie et se saisit de la question de la transcription textile d’une œuvre artistique non conçue au départ pour devenir un tissage. Il devient alors un spécialiste dans ce domaine en mettant au point les cartons de tapisseries à partir d'œuvres originales, estampes ou peintures de petits formats. Il dirige la réalisation technique des tissages au sein de l’atelier de tissage de l’École nationale d’Art décoratif d’Aubusson, choisit leur texture (grosseur du point) et supervise la teinture des laines.

Il travaille tout d’abord avec Henri-Georges Adam puis pour Le Corbusier, dont il devient l’assistant dans la réalisation d’œuvres tissées. Les complices de cette aventure fondamentale pour la tapisserie du XXe siècle sont Denis Dumontet et Raymond Picaud, qui va réaliser la plupart des tissages mis au point par Pierre Baudouin.

Dans les années 1930, Le Corbusier découvre la tapisserie grâce à Marie Cuttoli, collectionneuse et éditrice, qui lui commande vers 1935 un premier carton de tapisserie. Alors que la peinture de Le Corbusier s’affirme de plus en plus murale, l’architecte trouve dans le médium tapisserie un nouveau terrain d’application pour ses recherches murales.

La tapisserie vue par Le Corbusier

Pour Le Corbusier, la tapisserie ne peut pas être conçue comme une simple pièce habillant un mur au-dessus d’une commode. Elle n’est pas un tableau, de quelque dimension qu’il soit. Elle doit être placée à hauteur d’homme et « peut (et doit peut-être) toucher au sol ». C’est en les considérant ainsi que les tapisseries peuvent entrer véritablement dans la composition de l’architecture, au-delà du simple décor.

L’architecte considère la tapisserie comme le « Mural » des temps modernes, des murs de laine à décrocher, rouler et déplacer à l’envi, faisant le lien entre la caractéristique nomade originelle des tentures de laine qui accompagnaient les seigneurs dans leurs différentes résidences et les changements de lieux exigés par la vie moderne.

Le Corbusier baptise ainsi ses tapisseries à la fois éminemment murales et déplaçables : « Muralnomad ». Si la peinture murale peut être perdue lorsque l’on change d’appartement, la tapisserie, elle, peut être changée de place ou de maison sans être compromise.

Dans une lettre adressée à Oscar Niemeyer en 1959, Le Corbusier affirme : « J’ai trouvé dans la tapisserie une ouverture capable de recevoir une part de mes recherches murales où ma vocation de peintre trouve sa nourriture architectonique en pleine connaissance de cause ». Pour Le Corbusier, la texture, la matière et la sensibilité de l’artisan lissier qui transparaît dans sa réalisation instaurent un rayonnement de couleurs et de lignes dans l’espace intérieur. Il s’intéresse particulièrement à sa place dans les intérieurs privés. L’architecte souligne également l’intérêt de la fonction acoustique de ces murs de laine.

Le tissage des tapisseries de Le Corbusier reste traditionnel, cependant ils se démarquent par un vocabulaire particulier : les lignes et leurs pleins et déliés induisent une attention particulière accordée aux « échelles », ces effets de décochements induits par la technique même lors du tissage de lignes obliques[1]. Les nombreuses surfaces unies impliquent un tissage « parfait », car les irrégularités de tissage s’y remarquent facilement. Pierre Baudouin et Le Corbusier font utiliser les « chinés » (mélange de brins de couleurs différentes sur la même flûte) pour rendre les transparences ou traduire des effets de papier journal, par exemple. Les couleurs, généralement neutres dans ses premières compositions, deviennent de plus en plus intenses et éclatantes, un défi pour l’étape de teinture dans le processus de réalisation des tapisseries.

Dans les collections de la Cité

Les Mains

Visible dans la grande Nef des tentures, parcours d’exposition permanent de la Cité de la tapisserie, la tapisserie Les Mains est un tissage de 1956 d’après un carton mis au point par Pierre Baudouin en collaboration avec l’architecte en 1951, réalisé par l’Atelier Picaud à Aubusson. La maquette d’origine utilise des papiers collés : traduit en tapisserie, le papier journal devient des surfaces chinées dans la bande centrale et l'angle supérieur droit. Des feuilles de cellophane deviennent deux aplats orange et violet traduisant une transparence. Le dessin tout en rondeurs enveloppe la composition où trois personnages, trois têtes, se mêlent dans l’unité centrale des trois mains.

Les dés sont jetés

Tissé en 1960 par les Ateliers Pinton, l’exemplaire de la tapisserie Les dés sont jetés conservé par la Cité de la tapisserie appartenait à M. Ducret, ingénieur béton et ami de l’architecte. Cette tapisserie fut destinée à décorer la chapelle ardente où fut déposé le cercueil de Le Corbusier, le 1er septembre 1965, dans son atelier de la rue de Sèvre à Paris.

Le carton de cette tapisserie fut réalisé à partir d’une composition en papier collé à fond rouge dont avait été tirée l’affiche en litho de la seconde exposition de la galerie La Demeure en 1960.

Selon la Fondation Le Corbusier, 7 exemplaires de cette tapisserie auraient été tissés. L’un des exemplaires a d’ailleurs été acquis en 2015 par l’opéra de Sydney, 57 ans après sa commande par l’architecte Jorn Utzon, responsable du projet de l’opéra en 1958.

 

[1] Une tapisserie étant généralement tissée dans le sens latéral, les fils de chaîne se trouvent à l’horizontal par rapport à la composition. Tisser des lignes obliques implique donc de passer d’un fil de chaîne à l’autre avec un léger décalage, créant ainsi un léger effet d’escalier.

La tapisserie, le mur et l'architecte

Le Corbusier y avait trouvé un nouveau terrain d'application de ses recherches murales : décor "nomade", la tapisserie entretient des rapports privilégiés avec l'architecture. Lieu de création, d'innovation et de recherche, la Cité de la tapisserie a proposé aux architectes de renouer avec le médium tapisserie en accueillant un workshop international : "La tapisserie, le mur et l'architecte", du 13 au 19 novembre 2016.
L'objectif du workshop est de permettre à l'architecte, le plasticien, le designer et le lissier de collaborer à un projet innovant de carton de tapisserie, produit des codes de représentation et de confection de leurs métiers respectifs. Pendant une semaine, 8 équipes mélangeant des étudiants de l'École nationale d'architecture et de paysage de Bordeaux, de l'École nationale supérieure d'art de Limoges, du diplôme supérieur d'arts appliqués du Lycée des métiers du design et des arts appliqués Raymond Lœwy de La Souterraine (Creuse) et de l'Académie d'Art de Hangzhou (Chine) ont investi la Cité de la tapisserie pour travailler sur cette thématique, en collaboration avec des élèves lissiers du Brevet des métiers d'art "Art de la lisse" mis en place à la Cité de la tapisserie et géré par le GRETA Creuse. À l'issue de cette semaine d'atelier, trois projets ont été récompensés par le jury de sélection.

Découvrez les projets lauréats, projets qui s'inscrivent dans la continuité de la vision de la tapisserie par les architectes présents dans les collections de la Cité de la tapisserie : Le Corbusier et André Bloc.