Appels à création

Tapisserie troglodytique, Jenna Kaës & Clément Vuillier (maquette)

IMPRIMER
PARTAGER

Tapisserie troglodytique, Jenna Kaës et Clément Vuillier, appel à création 2019.

Projet de tapisserie associée à six éléments mobiliers issus de la technique de la pétrification calcaire.

Le projet prévoit de faire écho à la tapisserie évoquant l'ouverture d'une grotte, à travers un ensemble mobilier réalisé grâce à la technique de la pétrification calcaire, en plaçant les objets (une applique, une lampe à poser, un chandelier, un guéridon, un vase et une table basse) au coeur du Gouffre de Proumeyssac (24), où des techniciens réaliseraient les pièces en plaçant les objets (drapés textiles rigidifiés par une résine) sous une source "pétrifiante" pendant plusieurs années et en les retournant régulièrement.

Avec "L'œuvre ouverte : la tapisserie en extension", la thématique de l'appel à création 2019 invitait en effet les artistes à imaginer la tapisserie comme pièce centrale d’un dispositif artistique et décoratif contemporain, générant autour de l'œuvre tissée un espace immersif, modulable, adaptable aux lieux de vie comme aux espaces d'exposition, sous la forme d'éléments mettant en œuvre d'autres techniques (impressions textiles ou papier, métal, céramique, émail, bois, etc.) et lui faisant écho.

Aux côtés du Grand Prix d'Anne-Laure Sacriste et du 2e Prix de Raphaël Barontini, le jury de sélection a choisi de conserver 3 maquettes parmi les 10 projets finalistes de 2019, en vue de la promotion de ce type de dispositif auprès des professionnels. Le projet de Jenna Kaës et Clément Vuillier est conservé et mis à la disposition d'éventuels commanditaires.

Jenna Kaës est diplômée de l'ESAD de Strasbourg et Clément Vuillier a été formé à l'École cantonnale d'art de Lausanne.

Appels à création

Dans l'espace "exquisite" de la nuit..., Julie Bena (maquette)

IMPRIMER
PARTAGER

Dans l'espace "exquisite" de la nuit, le printemps est roi, Julie Bena, appel à création 2019.

Projet de tapisserie de 3,85 x 1,80 m, en association avec un costume (un manteau de cuir peint, un pantalon de cuir, un body en dentelle), possiblement porté dans le cadre d'une performance narrative, une chaise haute et sa tablette en métal, verre et tissu. Le dispositif peut être complété par une carafe et des verres.

Avec "L'œuvre ouverte : la tapisserie en extension", la thématique de l'appel à création 2019 invitait en effet les artistes à imaginer la tapisserie comme pièce centrale d’un dispositif artistique et décoratif contemporain, générant autour de l'œuvre tissée un espace immersif, modulable, adaptable aux lieux de vie comme aux espaces d'exposition, sous la forme d'éléments mettant en œuvre d'autres techniques (impressions textiles ou papier, métal, céramique, émail, bois, etc.) et lui faisant écho.

Aux côtés du Grand Prix d'Anne-Laure Sacriste et du 2e Prix de Raphaël Barontini, le jury de sélection a choisi de conserver 3 maquettes parmi les 10 projets finalistes de 2019, en vue de la promotion de ce type de dispositif auprès des professionnels. Le projet de Julie Bena est conservé et mis à la disposition d'éventuels commanditaires.

Formée à la Villa Arson à Nice puis à l'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles, Julie Bena est représentée par la galerie Joseph Tang à Paris.

 

Appels à création

Sans titre, Raphaël Barontini

IMPRIMER
PARTAGER

Sans titre, par Raphaël Barontini, 2e Prix 2019. Projet d'installation en tapisserie, soie imprimée et inserts sérigraphiés. 

Le deuxième prix 2019 revient à Raphaël Barontini, artiste formé aux Beaux-Arts de Paris et représenté par la galerie Alain Gutharc à Paris, The Pill à Istanbul et Espai Tactel à Valence.

Dans la lignée de son travail pour "sortir la peinture du châssis", Raphaël Barontini s'est intéressé à la rencontre entre la pratique, séculaire, de la tapisserie de basse-lisse, et des pratiques textiles plus contemporaines comme l'impression et la sérigraphie.

Il imagine une installation empreinte d'onirisme, évoquant tout à la fois une tête de lit royal, à baldaquin, ou un décor de salle du trône, entre Orient et Occident.

L'installation est constituée d'un pan central en tapisserie qui vient s'hybrider à des inserts sérigraphiés sur différentes matières, dans l'esthétique d'un collage, et s'assemble en volume avec des voilages aux drapés baroques, imprimés sur soie.

Dans cet imaginaire poétique créole, l'agglomération dans des teintes acides des références culturelles  – de la peinture italienne du XVIe siècle à la sculpture antique, en passant par l'art africain – fait écho à la confrontation des factures, des différences de poids et de tombés, de trames et de textures.

Appels à création

Paradis, Anne-Laure Sacriste

IMPRIMER
PARTAGER

Paradis, Anne-Laure Sacriste, installation en tapisserie, cuivre et céramique émaillée, Grand Prix 2019.

Pour l'édition 2019 de l'appel à création de la Cité internationale de la tapisserie, placée sous le thème "L'œuvre ouverte : la tapisserie en extension" visant à récompenser des dispositifs intégrant la tapisserie dans des ensembles décoratifs, Anne-Laure Sacriste se voit attribuer le Grand Prix pour Paradis. Le projet d'environ 2 m de haut assemble tapisserie, panneaux et damiers de cuivres et objets en céramique émaillée.

Formée aux Beaux-Arts de Paris et à l'École Duperré ainsi qu'à la Parson School of Design de New York, la pratique d'Anne-Laure Sacriste témoigne de ce double cursus, où la peinture, la gravure et le dessin sont intégrés à des installations complexes. Elle est représentée par la galerie Vera Munro à Hambourg.

Empruntant un motif, entre verdure et millefleurs, au moine Fra Angelico dans L’Annonciation peinte au couvent San Marco à Florence, Anne-Laure Sacriste propose un espace contemplatif, que l'on peut déplacer et installer en fonction des lieux. L'installation se compose autour de deux panneaux de tapisserie tendus sur châssis, Verdure à la colonne et Verdure All-over.

Deux plaques de cuivre, à hauteur des tapisseries, jouent de leurs reflets en déplaçant l'image et questionnant le regard du spectateur. Un damier au sol, constitué de sept plaques de cuivre (en résonance avec les jardins conçus par Mirei Shighemori au Japon), prolongent l'image de la tapisserie et juxtaposent les perspectives. Trois tortues de céramique émaillée complètent le dispositif. Dans cet espace mouvant ambigu, l'image n'en finit pas de disparaître, d'apparaître, de se multiplier.

 

Pour aller plus loin

Découvrez le travail d'Anne-Laure Sacriste sur http://www.annelauresacriste.com/

Anne-Laure Sacriste et Raphaël Barontini primés par la Cité internationale de la tapisserie

07.11.2019
IMPRIMER
PARTAGER
Les actus de la cité

Les lauréats de l'appel à création 2019

07.11.2019
IMPRIMER
PARTAGER

Anne-Laure Sacriste et Raphaël Barontini remportent respectivement le Grand Prix et le Deuxième Prix de l'appel à création 2019.

Le jury de sélection de l'appel à projets de tapisseries contemporaines 2019 s'est prononcé ce mercredi à Aubusson pour attribuer le Grand Prix et le Deuxième Prix 2019. Pour cette édition placée sous le thème "L'œuvre ouverte : la tapisserie en extension", ce sont deux dispositifs intégrant la tapisserie dans des ensembles décoratifs aux univers très différents qui seront réalisés pour rejoindre le Fonds contemporain de la Cité internationale de la tapisserie.

Constitué de membres du Syndicat mixte de la Cité de la tapisserie et de personnalités qualifiées (Xavier Dectot, Musée national D'Écosse, Alain Gosselin, architecte d'intérieur et Mathieu Buard, commissaire d'expositions), le jury présidé par Valérie Simonet, Présidente du Conseil départemental de la Creuse et de la Cité de la tapisserie, a attribué le Grand Prix 2019, doté de 15 000 euros, à Anne-Laure Sacriste pour son projet d'installation intitulé Paradis. Raphaël Barontini décroche le deuxième prix, doté de 10 000 euros.

Les œuvres primées seront tissées selon les techniques de la tapisserie d’Aubusson reconnues par l’UNESCO au Patrimoine culturel immatériel de l'humanité et les éléments qui les complètent seront également réalisés. Les ensembles intègreront la collection de la Cité internationale de la tapisserie.

3 maquettes présentées parmi les 10 projets finalistes sont également conservées par la Cité de la tapisserie en vue de la promotion de ce type de dispositif auprès des professionnels : Julie Bena, Hugo L'Ahelec et le duo constitué par Jenna Kaës et Clément Vuillier.

Avec "L'œuvre ouverte : la tapisserie en extension", la thématique de l'appel à création 2019 invitait les artistes à imaginer la tapisserie comme pièce centrale d’un dispositif artistique et décoratif contemporain, générant autour de l'œuvre tissée un espace immersif, modulable, adaptable aux lieux de vie comme aux espaces d'exposition, sous la forme d'éléments mettant en œuvre d'autres techniques (impressions textiles ou papier, métal, céramique, émail, bois, etc.) et lui faisant écho.

 

Grand Prix 2019

Paradis, par Anne-Laure Sacriste

Formée aux Beaux-Arts de Paris et à l'École Duperré ainsi qu'à la Parson School of Design de New York, la pratique d'Anne-Laure Sacriste témoigne de ce double cursus, entre peinture, gravure et dessin, intégrés à des installations complexes. Elle est représentée par la galerie Vera Munro à Hambourg.

Empruntant un motif, entre verdure et millefleurs, au moine Fra Angelico dans L’Annonciation peinte au couvent San Marco à Florence, Anne-Laure Sacriste propose un espace contemplatif, que l'on peut déplacer et installer en fonction des lieux. L'installation se compose autour de deux panneaux de tapisserie tendus sur châssis, Verdure à la colonne et Verdure All-over.

Deux plaques de cuivre, à hauteur des tapisseries, jouent de leurs reflets en déplaçant l'image et questionnant le regard du spectateur. Un damier au sol, constitué de sept plaques de cuivre (en résonance avec les jardins conçus par Mirei Shighemori au Japon), prolongent l'image de la tapisserie et juxtaposent les perspectives. Trois tortues de céramique émaillée complètent le dispositif. Dans cet espace mouvant ambigu, l'image n'en finit pas de disparaître, d'apparaître, de se multiplier.

 

Deuxième prix

Sans titre, par Raphaël Barontini

Le deuxième prix 2019 revient à Raphaël Barontini, artiste formé aux Beaux-Arts de Paris et représenté par la galerie Alain Gutharc à Paris, The Pill à Istanbul et Espai Tactel à Valence.

Dans la lignée de son travail pour "sortir la peinture du châssis", Raphaël Barontini s'est intéressé à la rencontre entre la pratique, séculaire, de la tapisserie de basse-lisse, et des pratiques textiles plus contemporaines comme l'impression et la sérigraphie.

Il imagine une installation empreinte d'onirisme, évoquant tout à la fois une tête de lit royal, à baldaquin, ou un décor de salle du trône, entre Orient et Occident.

L'installation est constituée d'un pan central en tapisserie qui vient s'hybrider à des inserts sérigraphiés sur différentes matières, dans l'esthétique d'un collage, et s'assemble en volume avec des voilages aux drapés baroques, imprimés sur soie.

Dans cet imaginaire poétique créole, l'agglomération dans des teintes acides des références culturelles  – de la peinture italienne du XVIe siècle à la sculpture antique, en passant par l'art africain – fait écho à la confrontation des factures, des différences de poids et de tombés, de trames et de textures.

 

3 maquettes supplémentaires conservées par la Cité de la tapisserie

3 maquettes présentées parmi les 10 projets finalistes sont également conservées par la Cité de la tapisserie en vue de la promotion de ce type de dispositif auprès des professionnels : Julie Bena, Hugo L'Ahelec et le duo constitué par Jenna Kaës et Clément Vuillier.

 

Les artistes de la tapisserie

Mario Prassinos (1916-1985)

IMPRIMER
PARTAGER

Peintre d'origine grecque, venu en France à l’âge de six ans, Prassinos appartient par sa famille et ses relations à un milieu d’intellectuels. Sa sœur, Gisèle Prassinos, jeune écrivain, fait partie du cercle des grands poètes de l’époque (André Breton, René Char, Tristan Tzara…). Mario Prassinos côtoie à Paris les personnalités les plus marquantes de la vie culturelle de son temps : des peintres (Max Ernst, Jean Arp , Dali, Picasso…), des éditeurs (les Gallimard, Paulhan), des hommes de théâtre (Charles Dullin, Jean Vilar…), il est aussi ami avec Raymond Queneau, dont il suit les recherches sur le langage et l’écriture. Placé au cœur des grands mouvements artistiques et littéraires de son époque, Mario Prassinos en a forcément subi les influences.

Si vers 1950 les débuts de sa carrière comme peintre-cartonnier sont assez classiques (passage de la peinture à la tapisserie, rencontre avec le "maître" Jean Lurçat, découverte du carton numéroté et du travail d’atelier à Aubusson…), son univers, en revanche, est unique. Pour en parler, on doit d’abord évoquer son travail graphique, et surtout ses encres de Chine. Ses recherches picturales l'ont amené à recréer au moyen de "signes" les émotions qu'il ressent au contact de certains éléments de la nature (les collines provençales qu'il aime parcourir en tous sens, les cyprès, le vol des oiseaux..). En tapisserie, cette écriture s'agrandit, devient monumentale, dépouillée, et peut prendre des accents dramatiques, surtout lorsque l'artiste use du rouge et d'oppositions volontairement brutales de noirs et de blancs. Ses compositions sont  abstraites, loin de l’anecdote décorative ; elles naissent souvent de formes étranges, qui une fois assemblées, prennent un sens ou évoquent une émotion.

Fidèle aux mêmes lissiers pendant toute sa carrière – ceux de l’atelier Goubely à Aubusson –,  peu à peu Prassinos trouve un style et une gamme bien reconnaissables, alternant zones de couleurs pures et zones retravaillées à l’aide des procédés de tissage : hachures, piqué, chiné… qui ne sont pas sans rappeler d’ailleurs le pointillisme de ses encres de Chine. Les titres shakespeariens qu’il choisit souvent pour ses tapisseries les auréolent de romanesque : Roméo et Juliette, Falstaff, King Lear, Macbeth, Le Songe d’une nuit d’été

Son passage à Aubusson a marqué l'esprit des lissiers (et particulièrement des lissières !) de l'époque: "C'était un rayon de soleil qui rentrait dans l'atelier, Prassinos" (Bernadette Lyraud, ancienne lissière chez Goubely, extrait du film "Tissage d'humanité", 2012).

Carton pour la tapisserie Sainte-Barbe, annoté par Mario Prassinos.

En 1984, du vivant de l’artiste, le musée de la Tapisserie a organisé à Aubusson une exposition rétrospective avec le catalogue de toutes ses tapisseries (1951-1980). 

En 2017, la Cité de la tapisserie lui a consacré l'exposition estivale à l'Église du Château de Felletin. Ses œuvres sont présentées régulièrement dans le parcours de la Nef des Tentures de la Cité internationale de la tapisserie, qui retrace six siècles d'histoire de la tapisserie à Aubusson.

Une Fondation Donation Mario Prassinos existe à Saint-Rémy-de-Provence depuis 1985.

Pour aller plus loin

Découvrez-en plus sur http://www.marioprassinos.com/

Œuvres tissées

The Trolls

IMPRIMER
PARTAGER

D’après une illustration originale de J.R.R. Tolkien (encre noire et gouache blanche, 22,7 x 17,6 cm) pour The Hobbit, 1937, tapisserie 4m x 3m, tissage Atelier Guillot Aubusson, Aubusson 2019. Collection Cité internationale de la tapisserie. © The Tolkien Estate Limited 1937.

Après être tombés du métier dans l’Atelier Guillot, les Trolls ont envahi l’amphithéâtre de la Cité internationale de la tapisserie le mercredi 11 septembre 2019. Cette sixième tapisserie, la plus grande du projet « Aubusson tisse Tolkien », a été dévoilée en présence d’Alain Rousset, Président de la Nouvelle-Aquitaine, ému par sa première tombée de métier.

« C’est très émouvant, c’est la première fois que je vis une tombée de métier » a confié Alain Rousset, surpris et touché par la transposition de l’oeuvre de Tolkien en tapisserie monumentale, la plus grande la tenture. Pour lui le projet est un « joli clin d’oeil » connectant la tapisserie et l’art contemporain, dans une grande région riche de ses « artisans, une culture avec une visibilité incroyable, qui apporte de la beauté ».

Marcel Aubron-Bülles, fondateur de la German Tolkien Society, découvrait également Aubusson et assistait pour la première fois à une tombée de métier. Après avoir eu l’occasion de couper quelques fils de chaîne afin de libérer la tapisserie du métier à tisser, il a pu ressentir l’émotion de la révélation d’une œuvre tissée, pour la première fois en entier : « J’ai eu la chance de couper les fils, ce qui était vraiment épatant ! » Ce spécialiste de l’univers de Tolkien a ainsi découvert la richesse des tapisseries de la Tenture Tolkien, qui révèlent dans leur dimensions monumentales de nombreux détails des œuvres graphiques de Tolkien. « Voir l’art de Tolkien à une si grande échelle et avec une telle beauté, c’est vraiment incroyable. Ça valait vraiment le coup de venir ! »

 

Retrouvez les images de la tombée de métier :

 

L’œuvre

L’œuvre  

Le Hobbit a été rédigé entre la fin des années 1920 et le début des années 1930 pour amuser les jeunes enfants de Tolkien. Il raconte l’histoire de Bilbo Baggins (version originale, dit Bilbon Sacquet dans la 1ère traduction et Bilbo Bessac dans la nouvelle), embarqué malgré lui par le magicien Gandalf et une compagnie de treize nains dans leur voyage vers la Montagne Solitaire, pour récupérer leur trésor gardé par le dragon Smaug. Le livre est paru au Royaume-Uni en 1937.

Le Hobbit (Extrait - Chapitre 3 « Une brève halte »)

« Armés des sacs qu’ils utilisaient pour emporter leur butin, mouton ou autre, ils attendirent dans l’ombre. Chaque fois qu’un nain arrivait en haut et apercevait le feu, les pichets renversés et le mouton à moitié dévoré, hop ! Un sac puant lui tombait dessus à l’improviste et il était fait prisonnier. (…)

« Ça leur apprendra ! dit Tom ; car Bifur et Bombur leur avaient causé beaucoup d’ennuis, se débattant comme des forcenés, ainsi que le font les nains lorsqu’ils sont pris au piège. Thorin arriva en dernier - sans se laisser prendre par surprise. Il avait flairé le danger et n’eut pas besoin de voir les jambes de ses compagnons dépasser des sacs pour se rendre compte que quelque chose ne tournait pas rond. Il se tint dans l’ombre à quelque distance et lança avec fermeté : Qu’est-ce qui se passe ici ? Qui ose tabasser mes gens ? Ce sont des trolls ! dit Bilbo, caché derrière un arbre. Ceux-ci l’avaient complètement oublié. « ils se terrent dans les buissons avec des sacs », dit-il. »

 

Un tissage librement interprété

L’œuvre originale étant uniquement en noir et blanc, pour la première fois depuis le lancement du projet Tolkien la réalisation du carton a été laissée au soin des lissiers Patrick et Marie Guillot et Nathalie Mourevoux – tâche habituellement assurée par la cartonnière en charge de l’ensemble des cartons de la Tenture, Delphine Mangeret.

L’atelier Guillot a donc choisi les matériaux et les couleurs nécessaires à la réalisation de la tapisserie. Les lissiers ont fait appel à la technique dite de « multiples contextures » utilisant différentes épaisseurs de tissage, plusieurs matières (la laine, le coton, le lin et la soie) et de nombreuses nuances de noirs et de blancs. Les lissiers ont ainsi choisi de jouer sur les fibres et les couleurs pour donner de la luminosité et du relief.

Après un long travail préparatoire, 4 mois de tissage ont été nécessaires pour réaliser cette tapisserie de 12 m2 et faire surgir les Trolls du fond de cette forêt obscure et lugubre. Un travail de patience et de longue haleine que le Président de Région n’a pas oublié de souligner : « L’allégorie du temps ressemble à la fabrication et à la conception d’une tapisserie. »

Les actus de la cité

"Bleue" au Palais de Tokyo

04.10.2019
IMPRIMER
PARTAGER

La Fondation Bettencourt Schueller fête ses 20 ans de soutien aux métiers d'art à travers une exposition qui se tiendra au Palais de Tokyo du 16 octobre au 10 novembre 2019 : "L'esprit commence et finit au bout des doigts", dans laquelle la Cité de la tapisserie présente l'étonnante Bleue, de Marie Sirgue.

L'exposition, dont le titre est tiré d'un roman de Paul Valéry, se propose de refléter les 20 ans d'engagement de la Fondation Bettencourt Schueller aux côtés des artisans d'art français, et se veut résolument tournée vers la contemporanéité des métiers d'art, qui, s'ils s'appuient sur le passé, incarnent aussi la grande créativité de la scène française.

Le commissariat de l'exposition a été confié à Laurent Le Bon, Président du Musée Picasso, et la mise en espace à l'artiste Isabelle Cornaro. 

Dans le cadre du magnifique plateau de l’Orbe New-York, au Palais de Tokyo, le parcours de l’exposition est aménagé en quatre séquences, jouant sur la variation des intensités lumineuses et la dilatation des espaces, s’ouvrant avec une mise en perspective historique, cherchant à magnifier les mains, seules, puis incarnées.

Récompensée du Prix Parcours par la Fondation Bettencourt Schueller en 2018, la Cité internationale de la tapisserie d’Aubusson est représentée à travers un métier à tisser de basse-lisse traditionnel, mis en scène de manière originale en "éclaté". L'une des œuvres du Fonds contemporain de la Cité internationale de la tapisserie incarne dans l'exposition la virtuosité des artisans de la basse-lisse à Aubusson : la tapisserie Bleue de Marie Sirgue, lauréate du 2e prix de l'Appel à création 2016 de la Cité de la tapisserie, réalisée par l'Atelier A2 à Aubusson, est une interprétation contemporaine des traditionnels drapés de la tapisserie, à travers l'image, en trompe-l'œil, d'une inattendue d’une bâche de chantier.

Infos pratiques

Découvrez-en plus sur le site du Palais de Tokyo et sur le site de la Fondation Bettencourt Schueller

Les actus de la cité

"Aubusson tisse Tolkien" à la BnF

04.10.2019
IMPRIMER
PARTAGER

4 tapisseries du projet "Aubusson tisse Tolkien" de la Cité internationale de la tapisserie vont être présentées pour la première fois au public parisien au cœur de l'exposition "Tolkien : Voyage en Terre du Milieu", proposée par la Bibliothèque nationale de France, à partir du 22 octobre prochain.

Organisée par la BnF en étroite collaboration avec le Tolkien Estate et la famille Tolkien, et grâce notamment à la participation de la Bodleian Library à Oxford, l'exposition est conçue comme une exploration de la géographie imaginaire de J. R. R. Tolkien. Le projet "Aubusson tisse Tolkien" a trouvé sa place au cœur du parcours imaginé par les commissaires de l'exposition* , qui ont sollicité le prêt de 4 des 7 tapisseries déjà réalisées à Aubusson, sur les treize tapisseries murales et le tapis prévus dans cette opération lancée fin 2017 en partenariat avec l'Estate Tolkien. Incontournables au sein d'une telle exposition consacrée à l'ensemble de l'œuvre de J.R.R. Tolkien, ces tapisseries monumentales s'inscrivent pleinement dans le Tolkien legacy, cette empreinte culturelle, historique, inamovible, qu'a laissé l'œuvre du brillant auteur... et illustrateur !

5e œuvre de Tenture Tolkien, Rivendell réalisée d'après l'illustration originale et éponyme de J. R. R. Tolkien par l'Atelier Françoise Vernaudon, avait été libérée du métier à tisser à Aubusson le 17 mai 2019, sous la présidence de S. Exc. l'Ambassadeur Lord Llewellyn, qui coupait alors ses premiers "fils de chaîne". Comme un avant-goût de cette grande exposition que consacre la BnF à l'œuvre de Tolkien, cette œuvre vient d'être présentée à l'Ambassade du Royaume-Uni à Paris dans le cadre d'une réception organisée par l'Ambassadeur conjointement avec la Bibliothèque nationale de France, en présence de Laurence Engel, présidente de la BnF, de Valérie Simonet, présidente de la Cité internationale de la tapisserie, de Baillie et Rachel Tolkien.

L'emblématique Rivendell sera présentée aux côtés de Bilbo Comes to the Huts of the Raft-Elves et de Halls of Manwë - Taniquetil, dont l'accrochage vient de démarrer à la BnF.

Enfin Mithrim, dont le tissage est actuellement en cours aux Ateliers Pinton à Felletin, sera libérée du métier le 11 octobre prochain et le public aubussonnais pourra la découvrir pendant quelques heures avant qu'elle parte en finitions pour être convoyée immédiatement vers les cimaises de la BnF.

À Aubusson, les visiteurs de la Cité de la tapisserie pourront continuer d'admirer Glórúnd sets forth to seek Túrin, The Trolls tout récemment tombée du métier et Christmas 1926. Les coulisses de la fabrication de la Tenture resteront accessibles au public, qui pourra suivre le tissage en cours de la deuxième Lettre du Père Noël, Christmas 1928, par l'Atelier Guillot. Son dévoilement est prévu le 20 décembre prochain, à l'occasion des fêtes de Noël.

 

* Vincent Ferré (professeur de littérature comparée à l’université Paris Est-Créteil) et  Frédéric Manfrin (conservateur en chef au département Philosophie, Histoire et Sciences de l’Homme à la BnF) et les commissaires associées Élodie Bertrand et Émilie Fissier (BnF)

Infos pratiques

Découvrez-en plus sur l'exposition "Tolkien : Voyage en Terre du Milieu" sur le site de la BnF.