La médiathèque

Rivendell, 5e tapisserie de la Tenture Tolkien

IMPRIMER
PARTAGER
La médiathèque

"Le retour de la tapisserie", The Talks, Maison & Objet, septembre 2019

IMPRIMER
PARTAGER
Les actus de la cité

Journées européennes du Patrimoine 2019

09.09.2019
IMPRIMER
PARTAGER

Aubusson et l'UNESCO, 10 ans déjà !

Pour célébrer les 10 ans de l’inscription à l’UNESCO des savoir-faire de la tapisserie d’Aubusson au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité, la Cité internationale de la tapisserie présente un programme spécial pour les Journées européennes du Patrimoine, les 21 et 22 septembre 2019, dix ans tout juste après l'inscription à l'UNESCO.

La Cité de la tapisserie ouvre ses portes gratuitement pendant 2 jours : découvrez ses expositions à travers des visites guidées, mais aussi les coulisses des ateliers hébergés au cœur de la Cité, le fonds de la bibliothèque, le centre de formation des lissiers... Pour célébrer cet anniversaire et vous montrer que la tapisserie d'Aubusson est une filière vivante et créative, la Cité de la tapisserie s'associe à différents acteurs de la tapisserie d’Aubusson : les "Mains d'Aubusson" vous ouvrent leurs ateliers !

 

Au programme

À la Cité internationale de la tapisserie

Visites libres, visites guidées à départ régulier : le parcours permanent et de nouvelles "Tapisseries du Monde", les tapisseries Tolkien et le projet "Aubusson tisse Tolkien", l'exposition temporaire "Le Mur et l'Espace", à ne pas manquer au Centre culturel et artistique Jean-Lurçat à Aubusson

Au 2e étage de la Cité de la tapisserie : l'Atelier de restauration de tapisseries du Mobilier national, les Ateliers de la Cité, la bibliothèque

Au 3e étage de la Cité de la tapisserie : le centre de formation des lissiers avec le GRETA du Limousin

Entrée libre et gratuite, samedi et dimanche 9h30-12h / 14h-18h

Les conférences à la Cité

Samedi à 16h30
Delphine Mangeret, cartonnière : "Le travail de cartonnier sur l’œuvre Christmas 1926, d’après J.R.R Tolkien"
Amphithéâtre Michel Tourlière, entrée libre et gratuite

Dimanche à 16h30
Bruno Ythier, conservateur de la Cité internationale de la tapisserie : "La couleur dans la tapisserie d’Aubusson au XXe siècle. Entre révolutions techniques et rénovation de la tapisserie"
Amphithéâtre Michel Tourlière, entrée libre et gratuite

 

Ils vous ouvrent leurs portes (entrée gratuite)

Pour célébrer les 10 ans de l’inscription à l’UNESCO des savoir-faire de la tapisserie d’Aubusson au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité, nous vous invitons à découvrir la filière bien vivante de la tapisserie d’Aubusson.

Maison du tapissier
63 rue Vieille, 23200 Aubusson : exposition "Nature tissée"

Samedi 10h-12h30 / 14h-18h avec démonstration de tissage
Dimanche 10h-12h30

Manufacture Robert Four
7 rue Madeleine, 23200 Aubusson

Samedi et dimanche 10h-12h / 13h-16h

Atelier Françoise Vernaudon
Les Ansannes, 23600 Nouzerines

Samedi et dimanche 10h-12h / 14h-18h

Atelier Just’lissières
75 Grande Rue, 23200 Aubusson

Samedi et dimanche 10h-12h / 14h-17h

Atelier de restauration Jean-Marie Dor
32 rue Vaveix, 23200 Aubusson

Samedi et dimanche 10h-13h / 14h30-18h

Atelier de restauration Carole Saint-Cricq
Saint-Antoine, 23500 Saint-Frion

Samedi et dimanche 10h-17h

À voir aussi à Aubusson

Manufacture Saint-Jean
3 rue Saint-Jean, 23200 Aubusson

Tarif 8€ au lieu de 10€
Samedi et dimanche 10h-12h / 14h-17h

Atelier-Musée des cartons de Tapisserie
Pont de la Terrade, 1 rue de l’Abreuvoir, 23200 Aubusson

Tarif visites guidées : 3€
Samedi: 11h, 14h30, 15h30, 16h30
Dimanche : 11h

Galerie d’exposition, Francine Thibaud du 7 au 28 septembre
Visite libre de l’atelier
Samedi 10h30-12h30 / 14h-19h

 

 

 

Summer School Michelangelo Foundation - Images sheet ENGL

02.09.2019
IMPRIMER
PARTAGER

Summer School Michelangelo Foundation - press release ENGL

02.09.2019
IMPRIMER
PARTAGER

Summer School Fondation Michelangelo - visuels disponibles pour la presse FR

02.09.2019
IMPRIMER
PARTAGER

Summer School Fondation Michelangelo - dossier de presse FR

02.09.2019
IMPRIMER
PARTAGER
Œuvres tissées

Rivendell

IMPRIMER
PARTAGER

D’après une aquarelle originale de J.R.R Tolkien pour The Hobbit, 1937, tapisserie 3,2m x 3,2 m, tissage Atelier Françoise Vernaudon, Aubusson, 2019. Collection Cité internationale de la tapisserie. © The Tolkien Estate Ltd 1937.

La belle vallée de Rivendell est tombée du métier le vendredi 17 mai 2019 à la Cité internationale de la tapisserie. Cette cinquième pièce de la Tenture Tolkien, tissée par l’atelier Françoise Vernaudon, a été saluée par Baillie Tolkien et par l’Ambassadeur du Royaume-Uni Lord Llewellyn, venu spécialement à Aubusson pour dévoiler l'œuvre qui témoigne de la force des liens franco-britanniques.

"Yes I’m ready", signalait Lord Llewelyn, prêt à faire tomber de métier la tapisserie Rivendell après avoir reçu les précieux conseils de la lissière Françoise Vernaudon. Les premiers fils de chaîne furent coupés par l’Ambassadeur suivi de Baillie Tolkien, rompue à l'exercice puisque c'était pour elle sa quatrième participation à une tombée de métier. Une première, en revanche, pour Lord Llewelyn, pour qui "le moment où l’on a révélé cette si belle tapisserie était un moment très spécial". L'Ambassadeur a rendu hommage aux trois lissières, Françoise Vernaudon, Nathalie Mouveroux et Anne Boissau, qui ont donné vie au paysage de Rivendell mois après mois. Il a souligné l'aspect symbolique de l'événement pour la France et le Royaume-Uni : "Une autre raison pour laquelle je suis ravi d’être ici, c’est […] de fêter les liens entre nos deux pays, […] ces liens franco-britanniques."

 

Regarder la tombée de métier en vidéo :

 

L’œuvre

L’aquarelle originale

Le Hobbit a été rédigé entre la fin des années 1920 et le début des années 1930 pour amuser les jeunes enfants de Tolkien. Il raconte l’histoire de Bilbo Baggins (version originale, dit Bilbon Sacquet dans la première traduction française et Bilbo Bessac dans la nouvelle), embarqué malgré lui par le magicien Gandalf et une compagnie de treize nains dans leur voyage vers la Montagne Solitaire, pour récupérer leur trésor gardé par le dragon Smaug. Le livre est paru au Royaume-Uni en 1937.

Le Hobbit (Extrait - Chapitre 3 « Une brève halte »)

Puis ils parvinrent au bord d’une dépression abrupte - si soudainement que la monture de Gandalf faillit glisser en bas.

"Nous y voilà enfin !", annonça-t-il, et les autres s’assemblèrent autour de lui pour contempler la vue. Loin en bas s’étendait une vallée. Ils pouvaient entendre la voix d’un torrent qui coulait, tout au fond, dans son lit de pierres ; le parfum des arbres flottait dans l’air, et il y avait une lueur sur le versant opposé, de l’autre côté d’un cours d’eau.

Bilbo n’oublia jamais comment, ce soir-là au crépuscule, ils dégringolèrent le chemin sinueux et escarpé qui menait dans la vallée secrète de Fendeval. L’air se réchauffait à mesure qu’ils descendaient, et l’odeur de pin lui donnait sommeil, si bien que, de temps à autre, il s’endormait et manquait de tomber, ou se cognait le nez sur l’encolure du poney. Plus ils s’enfonçaient dans la vallée, plus ils reprenaient courage. Les pins cédèrent le pas aux hêtres et aux chênes. Il y avait dans le soir une atmosphère réconfortante. Les dernières touches de vert avaient presque disparu dans l’herbe lorsqu’ils arrivèrent enfin à une clairière non loin au-dessus des rives du cours d’eau.

 

Tracé du carton de Rivendell à l'échelle de la future tapisserie en préparation du tissage.

Le tissage, effectué sur l'envers pour la tapisserie de basse-lisse, a demandé près de 4 mois de travail aux trois lissières de l'Atelier Françoise Vernaudon. Toutes avouent s'être prises au jeu et s'être pleinement approprié les préconisations du comité de tissage, à savoir l'usage des techniques de la tapisserie telles qu'elles étaient enseignées dans les années 1930, avec l'emploi de couleurs pures et une écriture technique très marquée. 

Caché au cœur des Monts Brumeux, le paysage de Rivendell invite à une promenade où nous pouvons presque entendre le bruit de la cascade et sentir une odeur de pins. Un endroit paisible et apaisant qui offre à ce paysage haut en couleurs, une pleine immersion dans cet univers fantastique et elfique.

Si J.R.R Tolkien n’a pas puisé sa source d’inspiration dans les paysages creusois pour dessiner Rivendell, Valérie Simonet, Présidente du Conseil départemental de la Creuse, a discerné "entre la Creuse et la Terre du Milieu, […] quelques troublantes similitudes de paysage, entre Monts et Vallées". Malgré la ressemblance avec la Creuse, c’est bien en Suisse, dans la vallée de Lauterbrunnen, à proximité d’Interlaken, que Tolkien s’est inspiré des reliefs alpins. C'est en effet après son voyage en Suisse en 1911 qu'il commence à peindre la vallée des Elfes. 

Toujours séduite par les interprétations tissées des illustrations qu'elles a tant côtoyées, Baillie Tolkien reste convaincue que son beau-père JRR Tolkien aurait été heureux de la collaboration avec les artisans d'art de la tapisserie d'Aubusson : "il y a une fraternité d'esprit entre mon beau-père et les gens qui font ces tapisseries [...], il y avait des lissiers dans le Middle Earth, certainement !"

Les actus de la cité

10 projets sélectionnés pour l'appel à création 2019

25.06.2019
IMPRIMER
PARTAGER

Qui succèdera à Nicolas Buffe, Cécile Le Talec, Bina Baitel, Goliath Dyèvre & Quentin Vaulot, Pascal Haudressy, Christine Phung et Eva Nielsen ? Avec "L'œuvre ouverte : la tapisserie en extension", la thématique de l'appel à création de cette année 2019 invitait les artistes candidats à imaginer la tapisserie comme pièce centrale d’un dispositif artistique et décoratif contemporain. 10 propositions viennent d'être sélectionnées pour la deuxième phase de l'appel projets. 

Les projets attendus devaient prévoir une tapisserie et un certain nombre d’extensions sous la forme d’objets ou formes faisant appel à d’autres techniques (céramique, cuir, métal, émail, bois, panneau de papier peint ou imprimé, etc.), pour générer autour de la tapisserie un espace immersif, modulable, adaptable aux lieux de vie comme aux espaces d'exposition, et fonctionnant par le jeu de correspondances créé entre les différents éléments. Le jury de sélection s'est réuni lundi 24 juin 2019 et a retenu, parmi les 108 dossiers reçus, 10 projets autorisés à poursuivre leurs recherches et proposer des maquettes numériques abouties pour le 26 septembre prochain :

- Raphaël Barontini (Beaux-Arts de Paris), représenté en France par la galerie Alain Gutharc et à Istanbul par The Pill, a soumis un projet dans l'esthétique d'un collage qui combine la tapisserie à d'autres pratiques textiles (textiles numériques, éléments sérigraphiés) pour créer une pièce en volume, immersive et modulable.

- Julie Bena, représentée par la galerie Joseph Tang à Paris, pour "Dans l'espace 'exquisite' de la nuit, le printemps est roi", projet performance associant une tapisserie, 6 verres et une carafe, un costume et une chaise.

- Tommy Bougé et Romane Boussard, tous deux jeunes diplômés de l'École nationale supérieure des Arts Décoratifs, pour leur série de modules, fenêtres mobiles et tapissées.

- Thomas Defour et Antoine Grulier, respectivement diplômés de l'École nationale supérieure des arts visuels de La Cambre à Bruxelles et de l'École supérieure d'art & de design Marseille-Méditerranée puis de l'École Duperré à Paris pour leur projet "Les Chutes d'Aubusson" : une tapisserie en mouvement, qui par un jeu de découpes deviendra tour à tour tapis, abat-jour, dessus de table, toile de transat, etc.

- Hippolyte Hentgen : l'univers du duo constitué par Lina Hentgen et Gaëlle Hippolyte, représentées par la galerie Semiose à Paris, a retenu l'attention du jury, pour son projet "Quack Quack", associant à la tapisserie un ensemble de vases et différents éléments de mobiliers et accessoires.

- Jenna Kaës et Clément Vuillier (diplômés de l'ESAD de Strasbourg et de l'École cantonnale d'art de Lausanne), pour leur association d'une tapisserie avec cinq éléments mobiliers issus de la technique très particulière de la pétrification calcaire.

- Hugo L'ahelec, diplômé de l'École Boulle puis de l'ENSCI-Les Ateliers avec "Comedia", proposant une tapisserie asociée à des formes en inox poli-miroir et deux séries d'objets, l'une en cuir et l'autre en porcelaine.

- Anne-Laure Sacriste, formée aux Beaux-Arts de Paris et à l'École Duperré et représentée par la Galerie Vera Munro à Hambourg, a proposé "Paradis", un espace contemplatif et modulable associant la tapisserie avec des plaques de cuivre.

- Elsa Sahal, diplômée des Beaux-Arts de Paris et de l'ENSCI et représentée par la galerie Claudine Papillon à Paris et par The Pill à Istanbul, propose dans la lignée de son travail de la terre, de confronter l'échelle monumentale de la tapisserie à celle, plus humble, de la céramique.

- Mathieu Schmitt, diplômé des Beaux-Arts de Paris, et Belem Julien, issue du monde de l'édition et de la traduction : le duo qui travaille ensemble depuis de nombreuses années a été sélectionné pour son jeu de correspondances entre la tapisserie, une frise murale en papier imprimé et un paravent en tissu imprimé, déclinés en deux versions jour/nuit et dont les éléments peuvent être combiné à loisir dans un même lieu de vie.

Les candidats sélectionnés ont jusqu'au 15 octobre à 17h pour proposer les maquettes finales de leurs dispositifs.

Le premier prix, doté de 15 000 €, et le deuxième prix (10 000 €) seront réalisés, en comprenant les "extensions", ainsi que les tapisseries qui devront être tissées selon les techniques de la tapisserie d’Aubusson telles que les a reconnues l’Unesco en les inscrivant au Patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Un appel d’offres sera lancé auprès des ateliers de lissiers de la région d’Aubusson-Felletin qui soumettront des échantillons de tissage. Les maquettes des troisième à cinquième prix (5 000 €) seront conservées par la Cité en vue de la promotion de ce type de dispositif auprès des professionnels, voire d’une réalisation ultérieure. Les cinq projets non retenus seront indemnisés (1000 €).

Expo passée

La première tapisserie de Clément Cogitore à découvrir à Aubusson

Du 30 Juin 2019 au 24 Août 2019
IMPRIMER
PARTAGER

Clément Cogitore, lauréat du Prix Marcel-Duchamp en 2018, signe une tapisserie pour les collections de la Cité internationale de la tapisserie. L'œuvre, tissée selon les savoir-faire de la tapisserie d'Aubusson, reconnue par l'UNESCO au Patrimoine culturel immatériel de l'humanité, constitue un premier contact de l'artiste vidéaste avec le médium textile. Elle est présentée pour la première fois du 30 juin au 24 août 2019, en partenariat avec la Scène nationale d'Aubusson.

 

La Cité internationale de la tapisserie travaille activement pour la création contemporaine en tapisserie d'Aubusson, à travers des projets de créateurs iportants sur la scène française et internationale. Arès plusieurs années de préparation, la première œuvre tissée du lauréat du Prix Marcel Duchamp 2018, Clément Cogitore.

Son regard novateur de cinéaste, son questionnement sur l'image, font sens dans le cadre de la création destinée à intégrer les collections de la Cité de la tapisserie. Cette collaboration est le fruit de la volonté du directeur de la Cité internationale de la tapisserie Emmanuel Gérard et de sa rencontre avec l'artiste dès 2013 (par l'intermédiaire de ses galeristes de l'époque Jérémy Planchon et Camille de Bayser), qui était pris à ce moment par la sortie de son film Ni le Ciel ni la Terre, mais qui avait toujours gardé en tête ce projet de tapisserie, jusqu'au démarrage des travaux préparatoires en 2017. Après Mathieu Mercier, Prix Marcel-Duchamp en 2003, Eva Nielsen, ou encore Jean-Baptiste Bernadet pour la nouvelle collection lancée par la Cité de la tapisserie "Carré d'Aubusson", ce projet est révélateur de l'intérêt grandissant du monde de l'art contemporain pour la tapisserie, considérée comme un medium à part entière dans le travail pluri-media des artistes de la jeune scène contemporaine, dans un contexte où la distinction traditionnelle entre arts décoratifs et arts plastiques tend à s'effacer.

Des captures d'écran à la matérialité du tissage

La question de l'immersion, possibilité offerte par la tapisserie dans ses proportions monumentales, et celle de la correspondance du pixel avec le point de tapisserie, ont su convaincre l'artiste de s'essayer au médium textile.

Pour créer sa maquette de tapisserie, Clément Cogitore puise son inspiration dans les images d’actualités des émeutes de 2011 sur la place Tahrir au Caire, en Égypte.

« Ce projet s’inscrit dans la lignée de mon travail autour d’images très peu définies, circulant en réseau suscitant récits, croyances ou superstition chez le regardeur par son absence de détails. Par le manque d’information qu’elle communique, l’image devient alors un support de projection de l’imaginaire du spectateur, ouverte à tous les possibles. »

 

Travaillant à partir de captures d’écran très agrandies, Clément Cogitore s’intéresse aux relations entre l’image numérique et la tapisserie dans le rapport pixel et point de tapisserie. La découverte des savoir-faire, des techniques propres à la tapisserie, a été envisagée comme un temps préparatoire essentiel à la création de la maquette.

La création de cette maquette et la mise au point du carton a ainsi représenté l'aboutissement d'un processus de maturation du projet de tissage, mis en place par la Cité de la tapisserie dans le cadre des créations contemporaines : un long travail d'itération, d'échanges entre Clément Cogitore et le comité de tissage constitué par Bruno Ythier, conservateur de la Cité de la tapisserie et Delphine Mangeret, cartonnière, avec le concours des lissiers retraités Alain Chanard et René Duché, afin de déterminer les choix de couleurs et de matières, de définir le "grain" de la future tapisserie (le calibre du tissage). L'enjeu technique consiste à interpréter une image numérique très peu définie, si compressée que les détails en sont absents, et de la traduire en un tissage assez large, donnant une présence forte au textile, dans des dimensions importantes : 5 x 2,40 m.

La Cité de la tapisserie a lancé un appel d'offres auprès des ateliers de la région d'Aubusson-Felletin en s'appuyant sur un cahier des charges précis. C'est l'échantillon tissé par l'Atelier A2, dirigé par France-Odile Perrin-Crinière à Aubusson, qui a su convaincre l'artiste et le jury de la Cité de la tapisserie.

Artiste et lissières ont travaillé ensemble au calage du tissage, déterminé la grosseur de la chaîne et les couleurs des laines utilisées pour la trame. L'atelier a ensuite fait appel au teinturier Thierry Roger, établi à Aubusson, qui a réalisé les couleurs sur mesure, pour un démarrage du tissage sur le métier en février 2019.

Cette première tapisserie de Clément Cogitore est présentée du 30 juin au 24 août 2019 sur les planches de la Scène nationale d'Aubusson, au Centre culturel et artistique Jean-Lurcat (Avenue des Lissiers, 23200 Aubusson) où se tient également l'exposition temporaire de la Cité de la tapisserie, "Le Mur et l'Espace".

L'acquisition de la maquette de Clément Cogitore, qui intègre ainsi les collections "Musée de France" de la Cité de la tapisserie, a été effectuée par la Cité de la tapisserie grâce au financement de la Fondation d'entreprise AG2R La Mondiale pour la vitalité artistique. Cette fondation d'entreprise dédiée au mécénat culturel s'engage en faveur des territoires, pour la préservation du patrimoine culturel régional, matériel et immatériel, la valorisation de la création contemporaine, ainsi que la promotion des métiers d’art.

 

Né en 1983 à Colmar, Clément Cogitore vit et travaille à Paris. Il est représenté par la Galerie Eva Hober (Paris) et la Galerie Reinhard Hauff (Stuttgart).

Après des études à l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg et au Fresnoy-Studio national des arts contemporains, Clément Cogitore développe une pratique à mi-chemin entre cinéma et art contemporain. Mêlant films, vidéos, installations et photographies, son travail questionne les modalités de cohabitation des hommes avec leurs images, il y est question de rituels, de mémoire collective, de figuration du sacré...

Clément Cogitore a été récompensé en 2011 par le Grand prix du Salon de Montrouge, puis nommé pour l’année 2012 pensionnaire de l’Académie de France à Rome-Villa Médicis. En 2015 son premier long-métrage Ni le ciel, Ni la terre a été récompensé par le Prix de la Fondation Gan au Festival de Cannes – Semaine de la critique. Il a été nommé aux Césars 2016 dans la catégorie Premier film. Il a obtenu en 2016 le Prix Sciences Po pour l’art contemporain, ainsi que le Prix de la Fondation Ricard : deux de ses œuvres ont ainsi été sélectionnées pour intégrer la collection du Centre Pompidou, Musée national d’art moderne. Son travail a été exposé à l’été 2016 au Palais de Tokyo. Premier lauréat du Prix le BAL de la Jeune Création avec l’ADAGP pour Braguino ou La communauté impossible, ce projet lui a également valu la mention spéciale du Grand Prix de la compétition internationale du FIDMarseille en juillet 2017. Nommé aux côtés des artistes Mohammed Bourouissa, Thu Van Tran et Marie Voignier, Clément Cogitore a remporté le Prix Marcel-Duchamp 2018, le 15 octobre 2018. Il met en scène l'opéra-ballet Les Indes Galantes de Jean-Philippe Rameau, à l'Opéra Bastille du 27 septembre au 15 octobre 2019. Clément Cogitore avait signé un film explosif en 2017, adaptation extraite des Indes Galantes avec des danseurs de krump.